Des chaînes humaines autour de plusieurs écoles de la région

Une dizaine de personnes se sont postées devant... (Courtoisie)

Agrandir

Une dizaine de personnes se sont postées devant l'école St-Michel, dans le secteur Buckingham, jeudi matin.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour une quatrième fois depuis le 1er mai dernier, des chaînes humaines du mouvement «Je protège mon école publique» ont déferlé un peu partout au Québec jeudi matin afin dans de dénoncer les compressions imposées dans le système d'éducation.

Au lendemain de la grève des enseignants, des chaînes humaines organisées par le mouvement «Je protège mon école publique» ont déferlé un peu partout au Québec, jeudi, dans le but de dénoncer les compressions imposées dans le système d'éducation.

En Outaouais, des chaînes humaines formées de parents, d'enseignants, de membres du personnel de soutien et d'élus scolaires se sont déployées devant 11 établissements, environ 30 minutes avant le début des classes, en matinée. Des écoles situées à Gatineau, mais aussi dans la MRC des Collines-de-l'Outaouais et la MRC Papineau faisaient partie du lot.

À Saint-André-Avellin, une quarantaine de personnes se sont tenu la main devant l'école Providence/JM Robert, afin de dénoncer le «sous-financement du réseau public».

Daniel Cooke, président du conseil d'établissement de cette école et commissaire-parent à la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV), soutient que les parents appuient les revendications des enseignants en marge des négociations patronales avec Québec.

Selon lui, la région de la Petite-Nation souffre depuis un certain temps des coupes budgétaires à la CSCV, notamment en raison du fait que plusieurs écoles défavorisées se trouvent sur le territoire.

«Près de 60% du budget du Programme Stratégie d'intervention agir autrement a été coupé cette année. C'est un programme qui permettait aux écoles défavorisées d'aller chercher des sommes supplémentaires pour combler le manque à gagner en heures de certaines ressources comme un orthopédadogue par exemple», fulmine M. Cooke.

Daniel Mineault était pour sa part présent à la chaîne humaine organisée devant l'école St-Michel, dans le secteur Buckingham, avec une dizaine d'autres manifestants. C'était important pour lui de se déplacer pour l'occasion afin de faire valoir son opposition aux mesures de redressement mises en place par le gouvernement Couillard.

«L'élève doit se trouver au centre du système de l'éducation, mais on démantèle tellement de services autour de lui que c'est le budget qui devient au centre. Je comprends que nous sommes en période d'austérité, mais mettre de l'argent dans l'éducation, ce n'est pas une dépense, c'est un investissement», a-t-il déploré.

Selon les porte-paroles du mouvement «Je protège mon école publique», au moins 386 écoles avaient confirmé leur participation à l'initiative lancée à travers l'ensemble du Québec. D'autres chaînes humaines devraient avoir lieu le 1er novembre dans le réseau.

Rappelons que des rassemblements symboliques du même genre avaient également eu lieu en mai, juin et septembre dans plusieurs régions de la Belle Province, dont en Outaouais.

D'autres manifestations vendredi

Par ailleurs, d'autres chaînes humaines seront déployées vendredi dans la région.

Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep de l'Outaouais invite la communauté à manifester sur ses campus Gabrielle-Roy et Félix-Leclerc sur le coup de midi.

L'invitation a été lancée aux étudiants, professeurs, au personnel professionnel et de soutien de tous les cégeps du Québec.

- Avec Guillaume St-Pierre

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer