Mandat de grève au Cégep de l'Outaouais

Le campus Gabrielle-Roy du Cégep de l'Outaouais... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Le campus Gabrielle-Roy du Cégep de l'Outaouais

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les professeurs du Cégep de l'Outaouais se sont prononcés en faveur de journées de grève, mardi soir.

Plus de 200 membres du Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de l'Outaouais (SEECO) ont pris part au vote. Les détails des résultats n'étaient pas encore disponibles au moment d'écrire ces lignes.

Une majorité de professeurs ont accepté les six jours de grèves rotatives proposés.

La première journée de débrayage devrait avoir lieu autour du 7 octobre, selon le président du SEECO, Jean-François Gaudreau.

Les journées de grève s'ajoutent à d'autres moyens de pression déjà en cours, dont un boycottage des comités administratifs de l'établissement par les professeurs.

Devant la lenteur des négociations avec le gouvernement, il était temps d'accentuer les moyens de pression, dit M. Gaudreau.

«Je pense que notre boycottage a un effet local assez important, mais est-ce que cet effet se répercute au ministère de l'Enseignement supérieur? Est-ce qu'il y a un effet politique, chez les députés, les ministres? J'en doute. Ce qui fait qu'on en est à prendre des moyens de pression plus radicaux», affirme-t-il.

Le mouvement de grève touche aussi en Outaouais les établissements publics d'enseignement préscolaire, primaire, secondaire, de la formation professionnelle et de la formation générale aux adultes. Plusieurs autres cégeps de la province ont déjà en main un mandat de grève. Des votes se tiendront jusqu'au 30 septembre.

Les quelque 400 membres du SEECO affirment que leurs tâches se sont alourdies au cours des dernières années, sans qu'ils aient obtenu de meilleures conditions de travail. M. Gaudreau qualifie de «recul» l'offre actuelle du gouvernement.

Le cégep a supprimé 14 postes en juin dernier en présentant un budget déficitaire. Cela portait le total à 25 abolitions depuis cinq ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer