La nouvelle école ira au parc Clétrem

La présidente de la CSPO, Johanne Légaré, a... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

La présidente de la CSPO, Johanne Légaré, a indiqué que les autres terrains étudiés présentaient tous certaines embûches.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Malgré l'opposition farouche d'un groupe de citoyens, la nouvelle école primaire de la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO) sera implantée dans le parc Clétrem.

Les élus gatinois ont adopté à l'unanimité, hier, la recommandation des fonctionnaires pour désigner le site du parc Clétrem afin d'y établir une nouvelle école de 650 élèves, dont l'ouverture est prévue pour septembre 2017. Une autre recommandation a également été adoptée à l'unanimité pour que l'administration municipale s'assure que des mesures visant à atténuer l'impact de l'arrivée de cette école dans le voisinage du secteur Aylmer.

À la suite de l'opposition du Rassemblement des citoyens pour la sauvegarde du parc Clétrem, le conseiller du district, Mike Duggan, avait demandé l'analyse de nouveaux terrains. Un comité formé de représentants de la Ville et de la CSPO a procédé à l'étude des terrains, pour en arriver à la conclusion que le parc Clétrem était le site le plus adéquat.

Le porte-parole du Rassemblement, André Thivierge, demeure toutefois insatisfait des démarches, qui manquaient selon lui de transparence. Mike Duggan estime pour sa part que les plus récentes analyses ont été «assez approfondies», de sorte que le parc Clétrem est ressorti comme étant «pas le bon endroit, mais le meilleur endroit» pour implanter la nouvelle école.

La présidente de la CSPO, Johanne Légaré, a indiqué que les autres terrains étudiés présentaient tous certaines embûches. Des sites analysés appartiennent au privé, ce qui aurait forcé un processus d'expropriation, tandis que d'autres terrains présentaient des contraintes liées à l'environnement, soit pour la protection de bandes riveraines ou pour la protection de la forêt Boucher.

«C'est sûr que quand on fait une construction dans un milieu qui est déjà développé, ça crée des inconvénients, on le conçoit, et c'est pour ça qu'on va être très ouvert aux mesures d'atténuation qu'on va mettre en place pour s'assurer qu'on dérange le moins possible les citoyens», a mentionné Mme Légaré.

André Thivierge doute malgré tout de la place qui sera laissée aux citoyens pour le choix des mesures d'atténuation. «Faudra le voir pour le croire, parce que jusqu'à présent, les citoyens n'ont jamais été impliqués et n'ont jamais été avisés», a-t-il dit.

Des négociations s'amorceront sous peu afin d'en arriver à une entente pour que le terrain du parc Clétrem soit acquis par la CSPO.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a souligné que des leçons seront tirées de ce dossier. Le nouveau schéma d'aménagement prévoit notamment qu'un «arrimage avec le scolaire» sera fait lors du développement de nouveaux projets domiciliaires. Un nouveau protocole doit également être établi entre la Ville et les commissions scolaires, afin de faciliter les discussions et les processus décisionnels, a fait valoir le maire.

«Ça n'a pas de bon sens que les citoyens se retrouvent dans la situation dans laquelle ils se trouvent là, a dit M. Pedneaud-Jobin. Quand on achète une maison, il faut qu'on sache ce qui va se passer autour de la maison.»

Une révision du modèle de partenariat avec les commissions scolaires doit aussi être réalisée, affirme le maire, afin de délaisser la «relation d'affaires» au profit, par exemple, d'un échange de services lorsque vient le temps d'implanter une école sur un terrain appartenant à la municipalité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer