Des notes manuscrites qui retardent la remise des bulletins

L'un des moyens de pression du Syndicat de... (Photo Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

L'un des moyens de pression du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais est de remettre les notes des bulletins de fin d'année de manière manuscrite.

Photo Alain Roberge, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De nombreux enseignants de l'Outaouais ont choisi, en guise de moyen de pression, de remettre de façon manuscrite les notes des derniers bulletins de l'année, forçant les directions d'école à se débrouiller pour entrer les données dans le système informatique, une procédure qui retardera dans certains cas jusqu'au début juillet la remise des documents aux parents.

D'une école à l'autre, les conséquences des moyens de pression des enseignants sur la remise des bulletins varient. À la Commission scolaire des Draveurs (CSD), par exemple, l'école primaire de l'Équipage prévoit envoyer les bulletins par la poste, au plus tard le 10 juillet. Les parents des élèves fréquentant l'école primaire des Cépages devront pour leur part se déplacer pour aller chercher les bulletins au début juillet, puisque la direction souhaite éviter les frais de poste.

À la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO), des écoles ont procédé à l'embauche de personnel spécialement pour procéder à l'entrée des notes dans le système informatique. D'autres se sont débrouillées avec le personnel de direction pour effectuer cette tâche, ou en offrant à du personnel de soutien de travailler des heures supplémentaires.

Si certains élèves ont été en mesure de rapporter leur bulletin à la maison lundi, d'autres l'auront beaucoup plus tard. À l'école Saint-Paul, par exemple, les parents ont reçu un message indiquant que les bulletins seront remis à partir du 6 juillet.

Dans le cas des écoles secondaires où les parents ont accès à un portail web, les bulletins pourront y être consultés au début juillet. Aucun retard n'est toutefois prévu pour les bulletins émis par le ministère de l'Éducation, dont la remise était déjà prévue pour le 6 juillet.

Le président du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (SEO), Claude Tardif, souligne que les enseignants respectent leurs obligations en remettant les notes de façon manuscrite aux directions. Les moyens de pression prévoient également que les notes sont remises une journée plus tard que la date prévue en début d'année, qui varie d'une école à l'autre. Le SEO représente le personnel enseignant de la CSD, de la CSPO et de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées.

«Les enseignants respectent le régime pédagogique, qui dit que l'école doit remettre les bulletins au plus tard le 10 juillet de chaque année, indique M. Tardif. Donc, même en remettant les notes une journée plus tard, nous laissons la latitude à la direction de respecter le régime pédagogique.»

Les commentaires personnalisés qui se retrouvent parfois sur les bulletins sont également absents en raison des moyens de pression des enseignants. M. Tardif précise qu'à cet égard, les parents ont tout de même reçu plusieurs communications en cours d'année si le cheminement de leur enfant le nécessitait.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer