Colère face à la possible fin du sport-études à l'ESHG

La possible fin du programme sport-études pour les... (Benoit Sabourin, Archives LeDroit)

Agrandir

La possible fin du programme sport-études pour les élèves de troisième secondaire à l'école secondaire Hormisdas-Gamelin (ESHG), dans le secteur Buckingham, est loin de faire l'unanimité.

Benoit Sabourin, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La possible fin du programme sport-études pour les élèves de troisième secondaire à l'école secondaire Hormisdas-Gamelin (ESHG), dans le secteur Buckingham, est loin de faire l'unanimité.

Une trentaine de parents et élèves en furie contre la décision de la direction de l'école de mettre fin à l'option dès la prochaine rentrée scolaire ont fait part de leurs doléances, mercredi soir, lors du conseil des commissaires de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV).

«Le secondaire trois, c'est une année où les garçons ont besoin de bouger. Si j'envoie mon fils en arts plastique à partir de l'an prochain, ce sera quoi sa motivation d'aller à l'école? Ça m'insécurise qu'il pourrait être déménagé dans une option qui ne lui convient pas», a lancé une mère de famille, Isabelle Blanchard.

La direction d'Hormisdas-Gamelin suggère de suspendre le programme puisqu'il manquerait une douzaine d'inscriptions afin de combler la classe de 32 élèves. Une pétition comprenant 90 signatures d'élèves a été déposée mercredi afin de sauvegarder l'option.

«On va envoyer des enfants qui ont envie de bouger dans des cours de musique? Ce sera des problèmes de comportement et des cas d'absentéisme élevé. Je plains les directions et les enseignants qui auront à gérer ces élèves», a pesté une autre mère de famille, Caroline Soucy.

Selon le président du conseil d'établissement de l'école, Mathieu Dupont, une résolution a été adoptée mardi soir afin de proposer à la direction que le nombre de cours d'éducation physique intégré au programme passe de six à quatre par semaines, ce qui pourrait représenter une solution potentielle.

Le président de la CSCV, Jocelyn Fréchette, a indiqué mercredi soir qu'une rencontre entre la commission scolaire et la personne responsable de l'organisation scolaire était prévue le 29 juin afin d'analyser les pistes qui pourraient permettre le maintien du programme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer