Grogne autour d'un projet d'école dans le secteur Aylmer

La Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO) affirmait mardi... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO) affirmait mardi dernier avoir trouvé un terrain pour sa nouvelle école du secteur Aylmer : le parc Clétrem. Pas si vite, indiquent les résidents du secteur qui s'opposent à la construction.

Un groupe de citoyens des rues entourant le parc s'oppose à la destruction de cet espace vert et reproche à la CSPO et la Ville de Gatineau d'avoir pris la décision sans les consulter.

« Seuls les propriétaires vis-à-vis le parc ont reçu une note pour les aviser. On a fait le tour du quartier et plusieurs personnes étaient stupéfaites », soutient André Thivierge, résident de l'impasse Hubert-Bergeron, dans le secteur des Jardins-Lavigne.

Selon M. Thivierge, la note a été reçue par les citoyens jeudi soir dernier. Ceux-ci ont jusqu'à vendredi, cette semaine, pour faire part de leurs commentaires à propos de ce projet.

« Je dirais qu'on est à 95 % contre ce projet. Plusieurs nous disent qu'ils ont dû payer une surprime entre 5 000 $ et 15 000 $ lorsqu'ils ont acheté leur terrain puisqu'il se trouvait à proximité du parc », soutient André Thivierge.

Les raisons de l'opposition sont nombreuses : la circulation automobile accrue dans le secteur (le stationnement de l'école se trouverait sur l'impasse Hubert-Bergeron), le bruit, ou encore l'impact des travaux sur les fondations des résidences.

La principale préoccupation demeure toutefois la destruction du parc Clétrem, estime M. Thivierge.

Mike Duggan veut une consultation publique

Dans un courriel envoyé au Droit, le conseiller de Lucerne, Mike Duggan, soutient avoir été surpris de l'annonce et qu'il n'a pas été consulté non plus avant que la Ville de Gatineau cède le terrain à la CSPO.

S'il reconnaît le besoin d'une nouvelle école primaire dans le secteur, il indique sa préférence pour une consultation publique sur le choix de son emplacement.

La présidente de la CSPO, Johanne Légaré, n'a pas retourné les appels du Droit, hier, afin de réagir à la montée de la contestation. Mardi dernier, elle indiquait cependant qu'avant de procéder à la construction de l'école, les usagers du parc et les résidents du secteur devaient être consultés.

L'école de 650 élèves doit être prête pour la rentrée en 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer