Exhibitionnisme près d'une école: les parents n'ont pas été informés

Un jeune homme aurait exhibé ses parties génitales... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Un jeune homme aurait exhibé ses parties génitales devant deux écolières, le 17 avril dernier, vers 13h, près de l'école Massé.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une mère de famille déplore que la Commission scolaire des Draveurs (CSD) n'ait pas informé les parents des élèves de l'école Massé d'un incident survenu à la mi-avril, alors qu'un jeune homme aurait exhibé ses parties génitales devant deux jeunes écolières.

Le 17 avril dernier, vers 13 h, deux jeunes filles qui fréquentent l'école Massé, dans le quartier Limbour à Gatineau, auraient été victimes d'un exhibitionniste se trouvant près de l'établissement. Selon ce que des parents ont rapporté sur un groupe privé de discussion, il s'agissait d'un jeune homme dans la vingtaine, qui se trouvait à bord d'une voiture. Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) confirme pour sa part qu'il y a eu un « incident d'action sexuelle inappropriée » rapporté ce jour-là près de l'école Massé.

Une mère du quartier, choquée d'apprendre que cet incident a eu lieu par le biais d'un groupe sur les médias sociaux, dit avoir contacté la directrice de l'école Massé pour réclamer qu'une communication soit faite auprès des parents de l'ensemble des élèves.

Elle a également demandé la mise en place de mesures spéciales, comme la distribution de « walkies-talkie » aux brigadiers et la brigade en duo à chaque traverse.

La mère, qui souhaite préserver l'anonymat, soutient que la directrice était prête à diffuser l'information auprès des parents, mais que la CSD s'y est opposée.

La mère a donc interpellé directement la commission scolaire afin de savoir pourquoi les parents n'avaient pas été avisés de la situation.

Dans un courriel qu'elle a reçu jeudi, dont LeDroit a obtenu copie, le directeur général de la CSD, Bernard Dufourd, affirme que la décision de communiquer des informations sur de tels incidents relève du SPVG.

« En tout moment, quand les parents nous confient leurs enfants, nous prenons toutes les mesures de sécurité requises quand un événement survient sur les terrains et les bâtiments de notre organisation, lui a répondu M. Dufourd. Dans le cas auquel vous faites allusion, nous avons traité ce cas avec diligence en collaboration avec le [SPVG] qui a aussi un rôle et une expertise pour cibler rapidement et efficacement l'adulte qui a menacé la sécurité des élèves de l'école Massé. Les communications publiques dans pareilles circonstances relèvent de ce service de la Ville de Gatineau. Soyez assurée que si cet événement s'était développé davantage, la direction de l'école Massé avec notre appui aurait sollicité les parents afin d'irradier ce problème. »

« C'est inacceptable, a réagi la mère à la réception de ce message. Il semble y avoir deux poids, deux mesures. D'un côté, la CSD dit que ce n'est pas à elle d'aviser les parents, mais à Aylmer, la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais a avisé les parents qu'un rôdeur avait été aperçu près d'une école cette semaine. »

Au SPVG, le porte-parole, Jean-Paul LeMay, souligne que ce qui s'est passé le 17 avril près de l'école Massé demeure « un événement isolé ».

Une surveillance accrue se fait dans le secteur depuis l'incident, et « rien d'anormal » n'a été observé par les policiers depuis, indique le sergent LeMay.

La Commission scolaire des Draveurs n'a pas été en mesure, jeudi, de commenter le dossier auprès du Droit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer