Budget déficitaire et compressions à venir à l'UQO

L'Université du Québec en Outaouais (UQO) vient d'adopter... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

L'Université du Québec en Outaouais (UQO) vient d'adopter un budget déficitaire pour 2015-2016.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Université du Québec en Outaouais (UQO), qui vient d'adopter un budget déficitaire pour 2015-2016, doit composer avec un contexte où «il n'y a plus de marge de manoeuvre possible sans affecter les services offerts aux étudiants», estime le recteur, Denis Harrisson.

Le budget adopté par le conseil d'administration de l'UQO lundi soir prévoit un budget de fonctionnement de 80 millions$, et des dépenses s'approchant des 82 millions$.

«Toutefois, malgré l'envergure du déficit annoncé, la direction vise toujours l'atteinte de l'équilibre budgétaire en fin d'année et le maintien des services aux étudiants, a indiqué l'UQO par voie de communiqué. Une revue périodique de la situation sera faite par la direction.»

Avec les compressions imposées par Québec, les dirigeants de l'UQO ont «procédé à un examen approfondi des budgets de tous les services administratifs et de l'Université et leur ont imposé une réduction de 20% de leurs dépenses».

Le personnel non enseignant pourrait également voir disparaître certains postes vacants, puisque la direction analysera chaque poste «afin de déterminer s'il y a lieu de le doter ou non».

«Le gouvernement du Québec nous force une fois de plus à sabrer dans nos budgets dans un contexte où l'Université a fait sa part au cours des trois dernières années en absorbant d'importantes compressions et qu'elle souffre déjà d'un sous-financement chronique, a dénoncé M. Harrisson par voie de communiqué. Il n'y a plus de marge de manoeuvre possible sans affecter les services offerts aux étudiants. La situation est d'autant plus critique pour nous que nous sommes le seul établissement universitaire au Québec dont le développement de base reste inachevé. Le gouvernement doit rapidement mettre en oeuvre le statut particulier et le plan de rattrapage promis à l'UQO, à défaut de quoi l'écart continuera de s'accentuer entre l'Outaouais et les autres régions du Québec en termes d'offre de programmes, continuant ainsi de pénaliser la population de l'Outaouais.»

Plus de détails dans LeDroit du 29 avril 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer