L'Expo-sciences songe à se réinventer

Luc Langevin est fier d'être le porte-parole de... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Luc Langevin est fier d'être le porte-parole de la grande finale québécoise de l'Expo-sciences.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nouveau nom, nouvelle image: les organismes derrière les Expo-sciences se réinventeront bientôt.

La grande finale québécoise de ce concours scientifique prenait son envol, jeudi, à la polyvalente Nicolas-Gatineau. Le directeur général du Réseau CDLS-CLS, Roland Grand'Maison, en a profité pour annoncer les changements se profilant à l'horizon.

Dès l'automne prochain, l'organisme lancera un grand concours pour se doter d'une nouvelle identité. L'organisme fera appel aux jeunes dans le cadre de ce brainstorm format géant. «Les jeunes sont des champions de l'innovation», a expliqué M. Grand'Maison en entrevue avec LeDroit.

L'organisme qui chapeaute la Super Expo-sciences a eu des sueurs froides en décembre dernier. Québec avait voulu lui couper les vivres parce que ses activités ne cadraient plus avec sa vision de la promotion de la science. Mais, face au tollé soulevé par la décision, le gouvernement provincial avait reculé.

C'est avec ces événements en tête que M. Grand'Maison a procédé à l'annonce de jeudi.

Formé du Conseil de développement du loisir scientifique (CDLS) et des neuf Conseils de loisir scientifique (CLS) régionaux, le Réseau CDLS-CLS porte un nom bien peu attrayant, admet-il. «Les gens connaissent et aiment l'Expo-sciences. Mais les gens ne savent pas qui nous sommes, pourquoi (nous existons), ou comment ça marche. D'où le changement de nom.»

Du même souffle, Roland Grand'Maison a annoncé le lancement d'une grande campagne de financement. L'objectif: récolter 300000$ en trois ans pour que les frayeurs de décembre dernier ne se reproduisent plus jamais. «C'était déjà dans les plans (avant la menace de coupe), mais ça a accéléré le processus», admet-il.

Il espère maintenant que la levée de boucliers de décembre dernier se traduira par de nouveaux appuis.

La crème des jeunes scientifiques

Entre-temps, ce sont près de 169 jeunes scientifiques qui sont réunis à Gatineau, jusqu'à dimanche, pour présenter le fruit de leur travail.

Les meilleurs projets du Québec sont présents. Et leur qualité ne cesse d'étonner l'illusionniste Luc Langevin, porte-parole de l'événement. «C'est pas toujours facile de dépoussiérer la science, mais les jeunes ici le font très bien. Avec autant d'aplomb que les professionnels.»

Pour le magicien doté d'une solide formation scientifique, servir de porte-parole est un grand honneur. «La science inspire énormément la magie que je fais, alors c'était tout naturel pour moi de donner au suivant.»

Et il n'est pas le seul, raconte Chantal Fournier, la directrice générale du CLS de l'Outaouais. Elle se rappelle encore de la vague d'appui qui a suivi la quasi-mort des Expo-sciences. «Ça ne m'a pas surprise du tout. [...] Il y a trop de belles retombées qui viennent de ça.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer