Une relâche en novembre à Nouvelles Frontières

Les élèves du Collège Nouvelles Frontières de Gatineau risquent de faire des... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les élèves du Collège Nouvelles Frontières de Gatineau risquent de faire des jaloux lors de la prochaine année scolaire, puisqu'ils auront droit à une deuxième semaine de relâche, une mesure implantée dans un objectif d'ordre pédagogique.

En étant un établissement d'enseignement privé, le Collège Nouvelles Frontières a la liberté de jouer avec son calendrier scolaire, en autant que les élèves aient, au bout de l'année, les 180 jours de classe requis par Québec. Après avoir consulté l'association de parents, la direction a ainsi décidé d'implanter, l'an prochain, une semaine de relâche du 2 au 6 novembre, qui s'ajoute à la traditionnelle semaine du début mars.

D'autres établissements ailleurs en province ont déjà implanté une deuxième semaine de relâche, mais plusieurs l'ont fait au printemps, une option qu'a rejetée le collège du secteur Hull.

«Nous avons parlé avec l'association de parents pour savoir ce qui serait bénéfique pour l'enfant, explique Roxane Saumier, directrice des services pédagogiques par intérim. Les enfants sont souvent fatigués en novembre, on arrive en fin d'étape et il y a beaucoup d'évaluations, donc c'est un mois difficile.»

S'ils risquent d'apprécier cette semaine de congé à l'automne, les élèves de Nouvelles Frontières devront toutefois mettre un terme à leurs vacances estivales quatre jours plus tôt qu'auparavant. Une autre journée a été ajoutée à la fin du calendrier, juste avant la Saint-Jean-Baptiste.

Le directeur général du collège, Bernard Garneau, estime que ce changement permettra aussi aux familles qui le souhaitent de prendre des vacances sans faire perdre de jours d'école aux élèves.

«La semaine de novembre est hors saison, donc les prix vont être intéressants pour les gens qui veulent voyager ou faire des vacances familiales», souligne-t-il.

M. Garneau reconnaît que cette deuxième semaine de relâche pourrait apporter «des complications» pour les parents qui ne veulent pas les laisser les plus jeunes élèves seuls à la maison, mais note que l'établissement pourrait organiser un camp de jour thématique, «si la demande est là», pour les élèves de première secondaire.

À la suite de cette première expérience, le Collège Nouvelles Frontières étudiera la possibilité de la poursuivre pour les années suivantes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer