Les étudiants du Cégep votent contre la grève

Le taux de participation au Cégep de l'Outaouais... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le taux de participation au Cégep de l'Outaouais a atteint 77%, une statistique qui satisfait les étudiants des deux clans.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après ceux de l'UQO en amorce de semaine, les étudiants du Cégep de l'Outaouais ont rejeté avec une forte majorité l'option de déclencher une grève générale reconductible tous les cinq jours en guise de protestation contre les mesures d'austérité du gouvernement Couillard.

À l'issue de deux jours de vote secret dans les campus de l'institution, ils se sont prononcés contre ce scénario dans une proportion de 79 %.

Des 3287 étudiants qui ont exprimé leur opinion lors du scrutin, seuls 679 se sont dits en faveur d'un boycott des cours, d'après les résultats du dépouillement effectué mercredi soir par l'Association générale des étudiants et étudiantes du Cégep de l'Outaouais.

La communauté étudiante s'est également prononcée contre un boycott des cours le temps d'une journée le 1er mai. Les résultats du scrutin étaient cependant beaucoup plus serrés, 54 % des votants s'opposant à cette proposition.

Le taux de participation a atteint 77 %, une statistique qui réjouit les étudiants, nonobstant leur position.

Les deux journées de vote se sont déroulées dans l'ordre, aucun incident n'étant à signaler.

Étudiant en sciences humaines, Simon Berger est l'un de ceux qui aurait préféré sortir dans la rue pour exprimer sa frustration envers les libéraux.

« Je suis un peu déçu, c'est certain, mais c'est une décision démocratique et on a eu une bonne participation. [...] L'austérité représente plusieurs mesures néfastes pour la population et je crois qu'il faut appliquer de la pression pour que le gouvernement recule », affirme-t-il, disant se plier à la décision de la majorité. Selon lui, le mouvement pourrait cependant reprendre de l'ampleur dès l'automne.

De son côté, Gabrielle Desrochers, étudiante de troisième année en techniques policières, s'est dite satisfaite qu'aucune perturbation des cours n'est prévue.

« Ça peut sembler égoïste, mais ça aurait eu un impact sur mon entrée à l'École nationale de police. On aurait eu un retard d'un an, alors la plupart des étudiants de mon programme s'opposaient à la grève », lance-t-elle.

La jeune femme ajoute qu'elle n'est pas pour autant en accord avec toutes les coupures annoncées par le gouvernement, mais estime que ce sont des actions de l'ensemble de la société et non uniquement des étudiants qui pourraient renverser la vapeur.

Le directeur général du Cégep, Frédéric Poulin, a indiqué être heureux du fort taux de participation, mais avait préféré ne pas présumer à l'avance des résultats du scrutin.

« Honnêtement, depuis les événements du printemps 2012, j'ai appris à ne pas me baser uniquement sur mes impressions. Malgré tout, je dois dire que oui, je suis un peu surpris. Dieu que c'est une agréable surprise », affirme-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer