Un don de 1,5 million pour l'École de gestion Telfer de l'Ud'O

La fortune et la générosité de l'homme d'affaires gatinois bien connu, Camille... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La fortune et la générosité de l'homme d'affaires gatinois bien connu, Camille Villeneuve, ne se seraient peut-être jamais manifestées s'il avait cru que posséder un condom dans son portefeuille était un blasphème.

«Un jour alors que je poursuivais mon baccalauréat en commerce à l'Université d'Ottawa (Ud'O), j'ai perdu mon porte-monnaie vers la fin de la session. Il a été retrouvé et remis au père St-Denis, qui s'occupait de notre discipline. En l'ouvrant, il a trouvé un condom. Furieux, il jugea que je ne pouvais pas m'inscrire à la prochaine session en septembre. J'ai fait fi de sa directive, non sans crainte. Mais, j'en ai jamais réentendu parler. Et j'ai toujours continué à oser. Si je n'avais pas osé, cela aurait peut-être changé le cours de ma vie», a-t-il témoigné jeudi à l'École de gestion Telfer de l'établissement universitaire.

Le président de la firme Multivesco, qui a connu une «carrière exceptionnelle dans la construction et la gestion immobilière», était présent pour faire un don de 1,5 million $. Le principal intéressé rêvait depuis longtemps d'offrir une somme «mémorable et digne de mention» à son alma mater.

«L'université, c'est le grand départ. On apprend à vivre, on apprend à coopérer, on apprend de belles choses.»

Camille Villeneuve
entrepreneur

«J'ai amorcé mes études universitaires en commerce avec la profonde conviction que je réussirais en affaires, a raconté l'entrepreneur qui a reçu son diplôme en 1967. L'Université d'Ottawa m'a procuré les connaissances théoriques nécessaires pour réussir. [...] Elle m'a aussi permis de bâtir un réseau de contacts qui a été déterminant dans mon parcours professionnel tout au long de ma carrière de plus de 40 ans. C'est pourquoi il m'est apparu tout à fait naturel de réitérer mon sentiment d'appartenance à l'Université d'Ottawa, à titre de donateur, en la soutenant dans sa quête d'excellence.»

Du montant versé, 350 000 $ iront au nouveau Fonds Camille-Villeneuve pour l'entrepreneuriat, 150 000 $ sont destinés au Fonds Camille-Villeneuve pour les activités étudiantes et un million de dollars seront consacrés aux «priorités futures» de l'École de gestion Telfer.

«Outiller» les étudiants

«Ces fonds nous aideront à renforcer l'une de nos priorités stratégiques, celle d'accroître l'expérience universitaire des étudiants, a déclaré Allan Rock, recteur et vice-chancelier de l'Ud'O. Ils permettront non seulement à de jeunes entrepreneurs de recevoir une formation de grande qualité, mais aussi à participer à des ateliers, à des concours, à des conférences et des travaux de recherche qui vont les outiller davantage.»

Avec ce don, c'est 1,85 million $ que le récipiendaire d'un doctorat honorifique de l'Ud'O en 1996 aura versé à l'institution universitaire ottavienne au fil des ans. En guise de remerciement, la salle 4101 du pavillon Desmarais, une pièce polyvalente à vocation multiple, porte désormais le nom de «l'un de ses meilleurs ambassadeurs.»

«L'université, c'est le grand départ, a souligné M. Villeneuve. On apprend à vivre, on apprend à coopérer, on apprend de belles choses.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer