La prise en charge du Collège d'Alfred par La Cité saluée

L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) voit d'un bon oeil la prise... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) voit d'un bon oeil la prise en charge des programmes agroalimentaires du collège d'Alfred par La Cité d'Ottawa. En mars dernier, l'Université de Guelph, le principal gestionnaire des programmes offerts au collège d'Alfred, annonçait son retrait dès 2015, pour des raisons de restructuration financière. Depuis, l'avenir du seul établissement postsecondaire francophone spécialisé en agriculture de l'Ontario était incertain. En janvier, le gouvernement ontarien avait assuré que les cours se dérouleraient comme à l'habitude à l'automne prochain, sans toutefois donner d'assurances à long terme. La semaine dernière, il a confié la coordination des programmes à La Cité. «C'est ce qui manquait, un engagement ferme, a commenté le président de l'AFO, Denis Vaillancourt. La Cité a été désignée pour prendre en charge le dossier tout en respectant le partenariat (avec le collège Boréal pour le programme de techniques vétérinaires). Il y a désormais une gouvernance francophone qui pourra orchestrer de nouvelles orientations pour et par les francophones, contrairement à autrefois où (les anglophones de) l'Université Guelph assurait la coordination. Il était difficile pour eux de diriger à distance. On comprend moins la réalité francophone.» Par ailleurs, l'Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO) s'est dite soulagée par la présence de La Cité dans ce dossier à court terme. Elle s'inquiète quand même de l'avenir et de la viabilité à long terme du collège d'Alfred.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer