Objectif de 1,2M$ pour le Collège Saint-Alexandre

Mario Vachon, directeur du Collège Saint-Alexandre, et Cynthia... (Étienne Ranger LeDroit)

Agrandir

Mario Vachon, directeur du Collège Saint-Alexandre, et Cynthia Pelletier, présidente de la Fondation, ont déjà recueilli 564 000 $ pour la campagne de financement.

Étienne Ranger LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'heure où les écoles privées doivent composer avec certaines coupures imposées par Québec, le Collège Saint-Alexandre a officiellement lancé, hier, la première campagne majeure de financement de son histoire, qui vise à amasser 1,2 million$ d'ici la fin de la présente année scolaire.

La campagne, qui a été mise en branle de manière moins officielle au printemps dernier, a déjà permis de recueillir 564000$.

La Fondation du Collège a choisi de miser sur les «contacts» de certains anciens qui agiront à titre de coprésidents de la campagne. Il s'agit de Roch Bernier, Raymond Brunet, Steve Heafey, Pierre Landry et Valérie Lapensée. Les personnes qui seront sollicitées pour un don sont surtout celles qui ont un lien avec le Collège, qu'il s'agisse de diplômés, de parents ou de gens d'affaires.

Sur l'objectif de 1,2 million$, un montant de 700000$ servira à des projets d'infrastructures. «Mais on veut que ça serve aux services à l'élève, précise le directeur général de l'établissement, Mario Vachon. On ne veut pas changer des fenêtres avec ça.» La modernisation de la bibliothèque, pour y intégrer notamment des livres numériques, fait partie des projets qui sont sur la planche.

Les 500000$ restants seront consacrés à l'octroi de bourses pour une trentaine d'élèves. «On veut donner des bourses complètes à des enfants qui autrement n'auraient pas les moyens de venir ici», explique Cynthia Pelletier, présidente de la Fondation.

Alors que les écoles privées doivent composer avec le retrait de certaines allocations et la baisse du financement du transport scolaire par Québec, M. Vachon ne craint pas que le gouvernement ira de l'avant avec des coupures plus drastiques. «C'est clairement démontré que l'école privée, au Québec, fait épargner le gouvernement de façon importante parce que les élèves du réseau privé ne sont subventionnés qu'en partie, alors les libéraux savent compter et je ne suis pas inquiet», affirme M. Vachon.

Alors qu'il en coûte actuellement près de 3000$ en droits de scolarité pour une année au Collège Saint-Alexandre, il en coûterait entre 6000$ et 7000$ si le gouvernement retirait toutes ses subventions.

Québec avait jonglé, l'automne dernier, avec l'idée de couper d'au moins 50% le financement des écoles privées. Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, a toutefois écarté cette avenue, mais avait indiqué à La Presse que de «petits ajustements» pourraient tout de même toucher le financement du réseau privé dans les années à venir.

Jmercier@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer