Un «partenariat privilégié» entre l'UQO et Gatineau

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, se dit «ouvert» à diverses formes... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, se dit «ouvert» à diverses formes d'aide pour appuyer l'Université du Québec en Outaouais (UQO) dans son développement.

M. Pedneaud-Jobin était au côté du recteur Jean Vaillancourt, mardi, pour procéder à l'inauguration officielle de la nouvelle entrée de l'UQO, à l'angle des boulevards Saint-Joseph et Alexandre-Taché. Le maire a souligné qu'il s'agit d'un projet ayant «une certaine valeur symbolique», évoquant «un outil de concrétiser un partenariat qui est privilégié avec l'UQO».

Ce partenariat sera appelé à se renforcer au cours des prochains mois, alors que l'UQO doit présenter un plan d'action détaillé de l'utilisation qu'elle souhaite faire d'une contribution municipale.

Les élus gatinois avaient décidé, lors de l'étude du budget 2015, de geler une aide financière de 250 000 $ pour l'UQO, préférant connaître au préalable les intentions de l'UQO.

«On va formaliser les rencontres avec l'UQO pour qu'on soit capable, dans les mois qui viennent, de soumettre un projet au conseil», a indiqué M. Pedneaud-Jobin.

Pavillon des arts

Le futur pavillon des arts fera notamment l'objet d'un partenariat entre la Ville et l'Université, prévoit le maire. «Est-ce que c'est là où le protocole s'activera en premier? C'est ce qu'on va voir selon les priorités de l'UQO», souligne le maire.

Alors que l'institution universitaire souhaite depuis longtemps consolider ses activités en sol gatinois sur un seul campus, la Ville de Gatineau pourrait être appelée à jouer un rôle dans cette consolidation. Les deux parties refusent cependant de chiffrer le montant susceptible de sortir des coffres de la municipalité pour ce projet évalué à plus de 100 millions $.

«Il y a toutes sortes d'outils à notre disposition, note M. Pedneaud-Jobin. Quand on veut attirer des gens au centre-ville, on fait des crédits de taxes. [...] Il y a des villes où c'est passé par ça, il y a d'autres villes où c'est carrément un don à la fondation, il y a le fait de travailler ensemble au quotidien pour faciliter les travaux d'aménagement, donc ça peut prendre beaucoup d'aspects. [...] La volonté du conseil est claire depuis l'élection : c'est que l'UQO n'est pas un partenaire comme un autre, donc on est ouvert à toutes sortes d'aspects dans le partenariat.»

Le recteur Jean Vaillancourt, dont le mandat à la tête de l'UQO se termine la semaine prochaine, précise de son côté que le partenariat établi avec la Ville ne souffrira pas de son départ. «On travaille actuellement sur un plan d'action, comme le souhaite la Ville, qui va comporter, outre des projets spécifiques, une étude qui est en préparation sur les impacts de l'Université dans différents secteurs, a mentionné M. Vaillancourt. [Il s'agit d'un] argumentaire nouveau, qui devrait permettre de mettre en valeur jusqu'à quel point l'investissement dans l'UQO, pour la Ville de Gatineau, est un investissement sage, judicieux et économiquement très important.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer