Hausse du salaire des éducatrices

Les députés d'Ottawa-Orléans, Marie-France Lalonde et d'Ottawa-Centre, Yasir... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Les députés d'Ottawa-Orléans, Marie-France Lalonde et d'Ottawa-Centre, Yasir Naqvi, ont procédé à l'annonce, hier.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le salaire des éducateurs des centres de garde licenciés de la province de l'Ontario augmentera au cours des deux prochaines années.

Tel que promis dans leur budget l'été dernier, le gouvernement Wynne a honoré un de ses engagements hier en investissant «davantage dans l'avenir de nos enfants».

Ainsi, à compter de ce mois, les éducateurs et éducatrices de la petite enfance inscrits (EPEI), qui éduquent les jeunes de moins de quatre ans dans des établissements agréés, obtiendront une hausse salariale d'un dollar par heure. Une majoration identique est prévue également en 2016, a annoncé la première ministre Kathleen Wynne, de passage à Kingston hier.

«Les personnes qui s'occupent de nos enfants ont l'une des plus grandes responsabilités dans notre société [...] Il ne s'agit pas d'une carrière, mais pour plusieurs d'une vocation. Et soyons francs, leur travail n'a pas toujours été apprécié à sa juste valeur. Nous reconnaissons cela», a-t-elle déclaré.

Cette augmentation salariale vise à combler l'écart dans la rémunération des EPEI et leurs homologues oeuvrant auprès des enfants plus âgés dans le système d'éducation publique. Les premiers gagnent environ 32 000$ annuellement alors les deuxièmes peuvent toucher quelque 20 000$ de plus sur une même période. L'exode d'éducateurs s'avère donc fréquent considérant ces conditions salariales.

«Nous avons perdu beaucoup d'EPEI à temps plein dernièrement et c'est normal», confirme d'ailleurs Beverley Renaud, coordinatrice des soins aux jeunes enfants pour le YMCA d'Orléans, dans l'est d'Ottawa.

La nouvelle mesure du gouvernement Wynne vise donc à améliorer le recrutement, mais aussi la rétention de nouveaux éducateurs pour assurer la meilleure éducation possible aux jeunes enfants, ajoute Marie-France Lalonde, députée provinciale du même secteur.

La décision des libéraux d'investir davantage dans le salaire des EPEI, un «tournant important», fait en sorte que 98 millions $ additionnels devront être débloqués par année.

«L'éducation de nos enfants demeure une priorité pour notre gouvernement, déclare Mme Lalonde. Après deux ans, ça (leur salaire) devrait encore augmenter.»

En plus des EPEI, le personnel des programmes, les superviseurs, les conseillers et fournisseurs de services de garde à domicile sont admissibles à l'augmentation salariale. Ils ne doivent toutefois pas gagner plus que 26,27 $ par heure en ce moment.

En mars 2014, il y avait plus de 5 000 centres de garde agréés d'enfants en Ontario.

jfdugas@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer