Le ministre se dit ouvert à tous les scénarios

Le ministre affirme qu'il faut protéger et offrir... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le ministre affirme qu'il faut protéger et offrir une voix au monde rural. Malgré tout, il croit qu'une seule commission scolaire ferait l'affaire.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une ou deux commissions scolaires pour l'Outaouais? Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, refuse de se prononcer immédiatement et promet de consulter le milieu avant de prendre une décision.

Aux yeux du ministre, le fait que les quatre commissions scolaires de la région ne s'entendent pas sur le scénario à privilégier ne change rien. Il soutient qu'il doit entendre tous les arguments, même s'il affiche clairement une préférence pour le scénario à une seule commission scolaire.

M. Bolduc indique que ses préférences reposent sur une liste de critères. D'abord, n'avoir qu'une commission scolaire pour l'ensemble du territoire de la Ville de Gatineau. Ensuite, diminuer la bureaucratie et offrir plus de flexibilité dans le réseau de l'éducation.

«Avec ces critères-là, je pense qu'on va arriver à trouver le meilleur scénario», lance Yves Bolduc.

En fonction de ces critères, la proposition de la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO) et de la Commission scolaire des Draveurs (CSD) d'une commission scolaire pour le territoire gatinois et d'une autre pour les zones rurales tient la route.

Le ministre de l'Éducation reconnaît qu'il faut protéger et offrir une voix au monde rural. Malgré tout, il affirme qu'une seule commission scolaire pour l'Outaouais favoriserait la préservation des services hors Gatineau. «Je pense qu'il y a un avantage à tout regrouper ensemble, en autant qu'on protège la ruralité, notamment au niveau des emplois. Même si vous avez une seule commission scolaire, il faut protéger les emplois pour éviter que l'économie baisse dans ces secteurs-là. On peut le faire mieux avec une seule commission scolaire.»

Yves Bolduc assure que ces décisions sont prises dans le meilleur intérêt des élèves et pour protéger les services qui leur sont offerts.

Rappelons qu'une semaine après que la CSPO et la CSD aient proposé le scénario à deux commissions scolaires, lundi, la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées a adopté une résolution pour appuyer le plan du ministre Bolduc de n'avoir qu'une seule commission scolaire en Outaouais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer