Enseignement supérieur: Bolduc garde le cap

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin (à droite),... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin (à droite), a profité de la visite du ministre de l'Éducation, Yves Bolduc (à gauche), pour lui passer son message.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Venu inaugurer le nouveau pavillon au campus Félix-Leclerc du Cégep de l'Outaouais, le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, a promis de ne pas s'arrêter à cette nouvelle infrastructure et de continuer à donner des outils à l'Outaouais dans le domaine de l'enseignement supérieur.

Le directeur général du Cégep et président de l'Alliance pour la cause de l'enseignement supérieur en Outaouais (ACESO), Frédéric Poulin, a tenu à rappeler au ministre qu'il reste du chemin à faire pour rattraper le retard de la région dans ce domaine.

«On est équipé maintenant d'une belle grosse locomotive, illustre M. Poulin en parlant du nouveau pavillon. On a déjà quelques wagons, 22 programmes techniques et 5 programmes préuniversitaires. J'ai 1400 passagers dans une gare de l'autre côté de la rivière. Tout ce qu'ils me demandent, c'est de grimper dans notre train. Je leur dis oui, mais il nous manque encore des wagons.»

M. Bolduc a quant à lui réitérer qu'il endossait les recommandations du rapport Demers sur l'offre de formation collégiale, notamment le chapitre réservé à la particularité de l'Outaouais. Il réitère aussi que le rattrapage passera par l'ajout de nouveaux programmes d'études supérieures.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a tenu à s'assurer que le ministre Bolduc comprenait l'importance de ces investissements pour l'Outaouais, mais aussi pour l'ensemble du Québec.

«C'est le message que je tiens à passer à tous les ministres. [...] Quand 40% des jeunes qui vont de l'autre côté de la rivière ne peuvent pas revenir parce que leur certification n'est pas reconnue. [...] C'est une perte de cerveaux, de développement économique et général. D'ailleurs, le ministère qui semble avoir le mieux compris cela, c'est celui de M. Bolduc.»

Un plan quinquennal

En ce qui concerne le Cégep de l'Outaouais, Frédéric Poulin a présenté au ministre, mardi, un plan pour les cinq prochaines années en matière de développement de programmes. Un plan qui comprend également des investissements en infrastructures, comme l'ajout d'un quatrième étage au nouveau pavillon du campus Félix-Leclerc.

Yves Bolduc a bien accueilli la proposition du Cégep, affirmant en conférence de presse que la planification était «impeccable».

Toutefois, M. Poulin a également lancé un message clair au gouvernement. Selon lui, les compressions imposées à son institution chaque année ne peuvent plus se poursuivre.

«On est tous conscients, le contexte budgétaire est difficile. Sauf que chaque dollar qu'on nous enlève en Outaouais, particulièrement en éducation, nous fragilise par rapport à l'immense magnétisme de l'Ontario et à l'exode de nos jeunes.»

Le ministre Bolduc a toutefois affirmé que le Cégep de l'Outaouais ne devait pas être soustrait à ces efforts budgétaires. Il soutient que les fonds récupérés seront réinvestis, notamment dans l'offre de programmes d'études.

Yves Bolduc rappelle l'objectif d'atteindre l'équilibre budgétaire en 2015-2016 et estime qu'à ce moment-là, le gouvernement pourra «développer à une vitesse plus importante».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer