De nouveaux élus scolaires de la région déçus

Le nouveau président de la CSCV, Jocelyn Fréchette.... (Benoit Sabourin, LeDroit)

Agrandir

Le nouveau président de la CSCV, Jocelyn Fréchette.

Benoit Sabourin, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des présidents de commissions scolaires de la région fraîchement élus déplorent, à l'instar du ministre de l'éducation Yves Bolduc, le taux de participation anémique aux élections de dimanche dernier, sans partager pour autant ses conclusions.

La nouvelle présidente de la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO), Johanne Légaré, rejette l'idée que les élections de dimanche étaient un référendum sur la pertinence de ce palier de gouvernance.

« Que le ministre Bolduc ne perde jamais de vue qu'on est un gouvernement de proximité, près du citoyen, comme les gouvernements municipaux », affirme-t-elle.

« Si c'est vraiment le taux de participation qui dérange tant que ça, qu'on s'arrange pour avoir des élections au municipal et au scolaire en même temps. »

Son homologue de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV), Jocelyn Fréchette, soutient par ailleurs que les récentes déclarations de certains élus provinciaux n'ont certainement pas aidé à faire sortir le vote, dimanche.

Au Québec, à peine 4,86 % des électeurs se sont prévalus de leur droit de vote. Du côté de la CSCV, le taux de participation s'est élevé à 6,11 %. La situation n'est pas plus enviable à la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (6,19 %), la Commission scolaire des Draveurs (3,2 %), la Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l'Outaouais (12,37 %), ou la Commission scolaire Western Quebec (10,4 %).

« Quand tu rames et que tu veux traverser une rivière, tu n'as pas besoin que quelqu'un tire dans le bateau. Les acteurs politiques provinciaux ont une responsabilité au niveau de la démocratie qu'ils n'ont pas assumée à 100 % dans les derniers jours », dit celui qui a été élu avec un total de 1263 voix.

Élu avec 141 votes de majorité sur son adversaire Sylvain Léger, M. Fréchette s'amène à la barre de l'organisme parapublic avec la volonté de redresser les finances et de prouver à la population que les commissions scolaires ont encore leur place sur l'échiquier politique du Québec.

Priorités locales

Au lendemain de sa victoire, M. Fréchette a affirmé au Droit que la priorité du nouveau conseil sera de redresser le porte-feuille de la CSCV. Celle-ci doit déposer en janvier un plan de retour à l'équilibre budgétaire. L'administration devra gratter les fonds de tiroir pour arriver à éponger la plus récente compression de 612 000 $ imposée par le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport. Le rapport des états financiers de la CSCV en date du 30 juin 2014 doit d'ailleurs être déposé demain.

M. Fréchette croit qu'il est possible de rationaliser sans couper davantage dans les services aux élèves. « Ça peut se faire par le biais de programmes d'énergie. Nous avons déjà coupé dans les services aux élèves. Il faut arrêter l'hémorragie et repartir du bon côté », souligne-t-il, rappelant à titre d'exemple les économies engrangées grâce la restructuration du service de transport scolaire effectué en 2012.

De son côté, la présidente de la CSPO, Johanne Légaré souhaite en priorité négocier de nouveaux partenariats avec la Ville de Gatineau pour les échanges de services.

La recherche de l'équilibre budgétaire de la commission scolaire, qui affiche un déficit de 500 000 $ pour l'année en cours, occupera également le temps des nouveaux commissaires.

Avec Guillaume St-Pierre

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer