Des soeurs qui partagent le même diplôme

Virginie et Geneviève Coiteux-Boudreau, bachelières en enseignement au... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Virginie et Geneviève Coiteux-Boudreau, bachelières en enseignement au primaire, ont reçu leur diplôme ce week-end.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Obtenir un diplôme universitaire est bien plus facile avec le support de ses proches et de sa famille. Des nouveaux diplômés de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) rencontrés par LeDroit l'ont bien compris.

Choisir le même programme d'étude qu'un membre de sa famille est déjà inusité en soi. Voir deux soeurs arriver sur les bancs d'école au même moment, suivre le même parcours scolaire et obtenir leur diplôme côte à côte, c'est encore plus particulier.

C'est pourtant l'histoire de Geneviève et Virginie Coiteux-Boudreau. En 2010, le hasard a fait en sorte qu'elles ont toutes deux pris la décision de s'inscrire dans le programme d'enseignement au primaire.

«C'est rassurant d'avoir un visage connu en commençant», explique l'aînée des deux soeurs, Geneviève.

Les deux soeurs estiment que leur environnement familial n'est pas étranger à leur choix commun. Leur mère gardait régulièrement des enfants et leurs parents ont inculqué l'importance du français et de la transmission des savoirs, disent Geneviève et Virginie Coiteux-Boudreau.

Force est de constater qu'elles ne se tombent par sur les nerfs après toutes ces années à se côtoyer de près. Elles ont fait la majorité de leurs travaux scolaires ensemble et, depuis septembre, elles enseignent toutes les deux à l'école La Sablonnière, dans le secteur Gatineau.

Compter sur la famille

Tout comme Geneviève et Virginie, Evariste Bikorimana et Christine Habimana ont choisi la même discipline. Les parents de quatre enfants sont venus au Canada afin de poursuivre leurs études en comptabilité.

Pendant que Christine poursuivait des études de deuxièmes cycles dans l'espoir d'obtenir son titre de comptable agréée, Evariste suivait le programme du baccalauréat en sciences comptables.

Selon M. Bikorimana, de poursuivre ses études en même temps que sa conjointe a été d'une grande aide, surtout avec quatre enfants à la maison. D'ailleurs, Hugues, Clelia, Elyssa et Ravia étaient présents à la collation des grades pour encourager leurs parents.

«C'est notre façon de les encourager à, plus tard, faire leurs propres études. Nos enfants ont aussi participé à nos sacrifices, c'est la fin d'un long parcours pour eux aussi.»

Maintenant avec un diplôme en main, le couple cherche une entreprise qui voudra bénéficier de leurs compétences. Evariste Bikorimana espère convaincre quelqu'un de sa valeur. Sa famille est d'ailleurs l'un de ses meilleurs arguments.

«On a traversé ça, ç'a pris beaucoup de persévérance et de courage. Notre futur employeur peut être certain qu'on aura la même fougue dans notre travail.»

Jpaquette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer