La relance du Collège d'Alfred continue de prendre forme

Le contenu du rapport sur l'avenir du Collège... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Le contenu du rapport sur l'avenir du Collège d'Alfred n'a pas été dévoilé, mais certaines recommandations ont déjà été lancées.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le médiateur chargé de la relance du Collège d'Alfred, dans l'Est ontarien, est sur le point de déposer ses recommandations. C'est le 31 octobre prochain que Marc Godbout doit rendre son rapport au ministre de l'Agriculture de l'Ontario, après une série de consultations publiques auprès des gens de l'industrie agricole.

En mars dernier, l'Université Guelph, qui administre les programmes du seul collège francophone spécialisé en agriculture de la province, annonçait la suspension de tous les cours dès 2015 pour des raisons financières.

La Cité et le Collège Boréal ont accepté au pied levé d'assurer, à court terme, le maintien des principaux programmes d'enseignement. Mais le modèle de gestion, les sources de financement et les partenaires de l'institution n'ont toujours pas été déterminés. Et le temps passe.

«Pour la rentrée de 2015, il y a des décisions rapides qui devront être prises. [...] Les étudiants magasinent et s'inscrivent au cours de l'hiver. Si nous ne sommes pas prêts pour les accueillir convenablement, avec une offre d'enseignement de qualité, ils vont s'inscrire ailleurs et nous allons les perdre», note le directeur général de l'Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO), Simon Durand.

De son côté, La Cité se tient prête et attend, elle aussi, les directives de la province.

«Il faut que le ministère prenne une décision rapidement. Pour mettre des programmes de l'avant, il faut que le ministère les approuve. Nous avons une carte de programme de prête, mais il faut aussi que les conditions soient favorables. Je crois qu'il faut éviter la gestion à plusieurs têtes et la confusion pour les étudiants», a déclaré Lise Bourgeois, présidente de La Cité.

Le contenu du rapport que doit déposer le médiateur dans le dossier de la relance n'a pas été dévoilé, mais certaines recommandations ont été lancées lors des consultations publiques, à commencer par l'augmentation et la diversification des programmes offerts au Collège d'Alfred.

Plusieurs spécialistes de l'industrie ont souligné l'importance d'améliorer la formation dans le domaine de la transformation, notamment. «Les besoins sont énormes. 70% de l'activité économique de la région de Prescott et Russell repose sur l'agriculture. Mais les programmes offerts au Collège d'Alfred sont axés sur la production primaire. Tout le secteur de la transformation pourrait apporter une valeur ajoutée à nos produits. Il y a là un potentiel énorme», constate Simon Durand.

Et lors des consultations publiques, on a constaté une demande en terme de formation continue.

«Les programmes offerts au Collège d'Alfred reposent sur la diplomation. Mais il n'y a pas de formation continue, comme des séminaires d'une journée, de deux jours ou encore d'une semaine, offerts aux entreprises de la région pour se tenir au fait des innovations. C'est un besoin criant et c'est primordial pour que nos industries agricoles deviennent des moteurs de développement économique pour la région», note le directeur général de l'UCFO.

Sbgauthier@ledroit.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer