Une grève ou un lock-out était possible pour 1300 professeurs

Une entente de principe est conclue à l'Ud'O

L'entente de principe doit maintenant être ratifiée par... (Archives, LeDroit)

Agrandir

L'entente de principe doit maintenant être ratifiée par l'Association des professeurs de l'Université d'Ottawa (APUO) et l'administration.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le retour en classe à l'Université d'Ottawa se fera à la date prévue. L'institution a conclu une entente de principe avec ses professeurs, dimanche, après deux jours de médiation.

Il était minuit moins une, car un lock-out ou une grève était possible à partir de jeudi, à quelques semaines de la rentrée scolaire.

Le ton entre les deux parties a monté la semaine dernière, lorsque les 1300 professeurs de l'Université d'Ottawa ont voté massivement en faveur d'un mandat de grève.

L'entente de principe doit maintenant être ratifiée par l'Association des professeurs de l'Université d'Ottawa (APUO) et l'administration.

« Notre seule option était d'en venir à une entente, soutient un porte-parole de l'institution, Patrick Charette. Ça éclaircit le ciel pour la rentrée. »

Les points en litige étaient les conditions salariales, la réforme du régime de pension, l'embauche de nouveaux professeurs et le sort de 31 professeurs remplaçants.

« Nous sommes extrêmement heureux d'avoir conclu un accord de principe, a pour sa part souligné dans un communiqué le recteur de l'université, Allan Rock. Cet accord résout plusieurs questions importantes qui perduraient, notamment à propos du régime de retraite et des postes menant à la permanence. Il comprend aussi une hausse salariale conforme à ce que les autres professeures et professeurs de l'Ontario ont reçu. »

Embauches

L'entente de principe met aussi la table pour l'embauche de personnel, jugé essentiel par les professeurs, qui y voient une condition à l'amélioration de l'enseignement.

Or, seulement 60 nouveaux postes de professeurs seront créés au cours des trois prochaines années. Il en manquerait toujours 320 selon le syndicat, afin de diminuer la taille des salles de classe et d'améliorer la qualité de l'enseignement.

L'université compte faire l'embauche d'environ 200 professeurs d'ici 2020.

Les dispositions de l'accord resteront confidentielles jusqu'à approbation par les deux parties.

Les négociations avec le syndicat représentant le personnel de soutien de l'Université (PSUO-FEESO) sont toujours en cours.

L'institution universitaire croit que la conclusion d'une entente est possible avant la fin août.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer