La mémoire de deux étudiants honorée

La mère de Karina Joly, Joanne, et la... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

La mère de Karina Joly, Joanne, et la soeur de Ted Shen, Kelly, sont montées sur scène pour recevoir les diplômes de leurs proches des mains du recteur Allan Rock et de la chancelière Michaëlle Jean. Les anciens collègues de Karina et Ted leur ont réservé, debout, une grande salve d'applaudissements.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La collation des grades a été particulièrement émouvante pour des centaines d'étudiants de l'Université d'Ottawa, dimanche, alors que l'institution a décerné un diplôme à titre posthume à deux étudiants décédés tragiquement en septembre dernier dans un accident de la route.

Karina Joly, 20 ans, et Ted Shen, 23 ans, tous deux étudiants de troisième année en droit civil, ont perdu la vie le 20 septembre dernier, alors qu'ils allaient voir leur famille respective à Montréal. La voiture du jeune couple avait été percutée de plein fouet sur l'autoroute 40.

La mère de Karina et la soeur de Ted sont montées sur scène pour recevoir les diplômes de leurs proches. Les anciens collègues de Karina et Ted leur ont réservé, debout, une grande salve d'applaudissements.

«J'ai juste essayé de ne pas pleurer, lance en souriant Johanne Joly. J'apprécie énormément le geste de l'université. C'était très émotif. [...] C'est une reconnaissance du travail qu'elle avait fait. Elle a toujours été consciencieuse.»

Karina et Ted étaient devenus inséparables avec le temps, se souvient Mme Joly. «Je suis contente que Karina ne soit pas partie toute seule, mais avec Ted. C'était vraiment deux amoureux, de vrais amoureux. Je pense qu'ils étaient faits l'un pour l'autre.»

À la suite de la tragédie, la famille de Ted est rentrée dans son pays d'origine, à Taïwan. Seule sa soeur Kelly est restée au Canada. Elle habite maintenant Toronto, où elle s'est éloignée de ses souvenirs, trop lourds à porter. «Mes parents auraient voulu être ici, mais c'était trop difficile, confie-t-elle. Nous avions déménagé au Canada pour notre éducation. Alors, maintenant que mon frère est parti...»

Les deux familles comptent exposer avec fierté le diplôme à la mémoire des disparus. «Je le reçois pour lui. Il était fier de l'Université d'Ottawa, affirme Kelly Shen. Il attendait vraiment ce diplôme. C'est lui qui s'est occupé d'encadrer le mien lorsque j'ai gradué, il y a deux ans. Je vais apporter le sien à mes parents lorsque je leur rendrai visite à l'automne.»

Deux brillants étudiants

Karina et Ted étaient très impliqués au sein de leur faculté, ont rappelé des amis qui ont pris le micro avant la remise des diplômes.

«Intelligents», «respectés», «authentiques», «studieux» et «motivés» sont les mots qu'a choisis Shawn Steinlauf. «Nous sommes dans un programme où nous sommes tous très près les uns des autres. Ce sont les caractéristiques que j'ai pu observer en eux.»

Les familles des deux victimes souhaitent maintenant que la police fasse toute la lumière sur les circonstances du drame afin de pouvoir réellement tourner la page.

Frais de scolarité

Par ailleurs, lors d'un moment moins solennel - et plus bruyant - de la cérémonie, un jeune diplômé a profité de son passage sur la tribune pour déployer, au nez du recteur Allan Rock et de la chancelière Michaëlle Jean, une grande banderole sur laquelle on pouvait lire un message critiquant la hausse constante des frais de scolarité à l'Université d'Ottawa.

Le geste a été chaudement applaudi par ses partisans dans l'assistance. La Fédération canadienne des étudiantes et étudiants estime que la dette moyenne des diplômés universitaires s'élève à près de 27000$.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer