Les élèves en surplus mieux protégés à la CSD

La CSD prévoit tenir, «au cours des prochaines... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La CSD prévoit tenir, «au cours des prochaines semaines», des réunions d'information sur les changements de territoires qui toucheront une douzaine d'écoles des secteurs de la Gare, des Collines et des Érables.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partager

Alors que la Commission scolaire des Draveurs (CSD) s'apprête à rencontrer les parents des élèves qui seront touchés par un redécoupage des territoires, une nouvelle politique permettra aux écoliers d'être «protégés» contre les changements d'école à répétition.

La CSD prévoit tenir, «au cours des prochaines semaines», des réunions d'information sur les changements de territoires qui toucheront une douzaine d'écoles des secteurs de la Gare, des Collines et des Érables.

Le comité de parents de la CSD ignore encore combien d'enfants pourraient devoir changer d'école l'automne prochain, mais note que la nouvelle politique adoptée par les commissaires modifie certains éléments qui irritaient bien des parents dont les enfants multipliaient les transferts au cours de leur cheminement au primaire.

Des consultations publiques avaient été organisées l'automne dernier afin de connaître les préoccupations des parents. La stabilité de l'élève a été l'élément qui est ressorti le plus souvent lors de ces consultations.

Dorénavant, une grille de pointage permettra aux élèves d'accumuler des points en fonction de différents critères, et ceux dont le pointage sera le plus élevé seront mieux protégés contre les multiples changements d'école.

La présidente du comité de parents de la CSD, Nathalie Dorais-Pagé, accueille favorablement ces modifications, qui devraient éviter, selon elle, les transferts répétés qu'ont vécus certains élèves dans le passé.

«Auparavant, un enfant qui fréquentait l'école A pouvait s'en aller l'année suivante dans l'école B parce qu'il était en surplus, et ensuite se retrouver dans l'école C parce que le territoire changeait, et se retrouver en surplus l'autre année et être transféré vers l'école D, explique-t-elle. D'une fois à l'autre, quand on changeait les territoires, on ne tenait pas compte du fait que des enfants avaient déjà été affectés par un changement pour cause de surplus. [...] La nouvelle politique est plus claire, autant pour les établissements que pour les parents. Globalement, c'est un énorme pas en avant, et ça va satisfaire beaucoup de parents.»

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer