Deux conseils scolaires intentent un recours contre la FEEO

L'opposition progressiste-conservatrice promet de redéfinir les descriptions de... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

L'opposition progressiste-conservatrice promet de redéfinir les descriptions de tâches des enseignants pour y inclure les activités parascolaires. Ces dernières ne pourraient plus être utilisées comme des moyens de pression, selon Tim Hudak.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partager

Deux conseils scolaires publics anglophones de l'Ontario allèguent que le syndicat des enseignants de leurs écoles élémentaires agit de façon illégale en forçant ses membres à boycotter des activités parascolaires. Ce syndicat planifierait, appuierait et encouragerait des moyens de pression interdits en vertu des nouveaux contrats de travail en vigueur depuis le début janvier, selon les plaignants.

La Commission des relations de travail de l'Ontario (CRTO) entendra la cause du Trillium Lakelands District School Board (TLDSB), au nord de Toronto, et de l'Upper Canada District School Board (UCDSB), dans l'Est ontarien, demain.

La Fédération des enseignants de l'élémentaire de l'Ontario (FEEO) devra répondre une fois de plus à une accusation d'organiser une grève illégale devant la CRTO. Le syndicat avait dû annuler un débrayage d'un jour in extremis, le 11janvier, après que le gouvernement libéral de Dalton McGuinty eut obtenu gain de cause devant le tribunal administratif.

Le verdict de la CRTO pourrait avoir des répercussions dans tous les conseils scolaires publics anglophones de la province. La FEEO encourage ouvertement ses 75000 membres à boycotter les activités parascolaires. Le syndicat ne digère pas que Queen's Park ait imposé de nouveaux contrats de travail à ses membres, en vertu de la loi spéciale 115.

L'opposition progressiste-conservatrice promet, pour sa part, de redéfinir les descriptions de tâches des enseignants afin d'y inclure les activités parascolaires. Ces dernières ne pourraient plus être utilisées comme des moyens de pression lorsque les négociations contractuelles tournent au vinaigre, selon le chef Tim Hudak.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer