Les conclusions du VG de l'Ontario ulcèrent des enseignants

«Comment le gouvernement peut-il dire d'une part que... (Photo: PC)

Agrandir

«Comment le gouvernement peut-il dire d'une part que les travailleurs de l'éducation de l'Ontario (...) doivent subir un gel de leurs salaires et une réduction draconienne de leurs avantages sociaux, et d'autre part tourner le dos à plus de 1 milliard $ en impôts», a fustigé Ken Coran (au centre), président de la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l'Ontario (FEESO).

Photo: PC

Partager

Les enseignants des écoles secondaires publiques anglophones de l'Ontario sont furieux d'apprendre, dans le plus récent rapport du vérificateur général de la province, que le gouvernement libéral de Dalton McGuinty a laissé près de 1,4 milliard $ en impôts non payés lui glisser entre les doigts depuis deux ans.

Une grande partie de ces impôts devaient provenir de commerces et de grandes entreprises à la suite de l'harmonisation des taxes de vente fédérale et provinciale, souligne le vérificateur Jim McCarter. Le ministère des Finances n'aurait pas su recouvrer ces sommes à temps, conclut-il.

«Comment le gouvernement peut-il dire d'une part que les travailleurs de l'éducation de l'Ontario (...) doivent subir un gel de leurs salaires et une réduction draconienne de leurs avantages sociaux, et d'autre part tourner le dos à plus de 1 milliard $ en impôts», a fustigé Ken Coran, président de la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l'Ontario (FEESO).

Le gel des salaires qu'imposera le gouvernement libéral à Queen's Park, par le biais de loi spéciale 115, devrait permettre à la province d'économiser 2 milliards $ sur deux ans.

«C'est évident que la loi 115 n'a pas pour but de contrôler les dépenses et reprendre le dessus sur le déficit (de 14,4 milliards $) si le gouvernement est prêt à renoncer à plus de 1 milliard $. C'est clair que le gouvernement s'attend à ce que le secteur de l'éducation soit le souffre-douleur de ses défis financiers», a ajouté M. Coran.

Les membres de la FEESO font la grève du zèle pour protester contre la loi 115, qui entrera en vigueur à la fin du mois. Leurs collègues des écoles élémentaires publiques anglophones organisent des grèves d'un jour dans chaque conseil scolaire, d'ici Noël. Les deux syndicats contestent aussi la constitutionnalité de la loi spéciale devant les tribunaux.

Dans son rapport, Jim McCarter jette aussi un regard critique sur le système de paiement par carte à puce Presto à bord des transports en commun à Ottawa et dans la grande région de Toronto, qu'il dit être l'un des «plus dispendieux au monde».

M. McCarter questionne aussi l'augmentation de 27% des dépenses de la Police provinciale de l'Ontario depuis cinq ans, surtout en raison du temps supplémentaire. Il conclut finalement qu'un patient sur cinq subit des tests inutiles ou inappropriés dans des cliniques de santé privées, ce qui coûterait plus de 400 millions $ à l'État.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Des enseignants demandent une trêve

    Queen's Park

    Des enseignants demandent une trêve

    Les enseignants des écoles élémentaires publiques anglophones de l'Ontario se disent prêts à mettre leurs moyens de pression de côté si le... »

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer