L'UQO face à de nouveaux sacrifices

La dernière réunion du c.a. de l'UQO a... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

La dernière réunion du c.a. de l'UQO a été particulièrement éprouvante. «Le c.a. a prolongé ses discussions jusqu'à tard (hier soir) et nous avons étudié toutes les avenues possibles», explique le recteur Vaillancourt.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partager

Les visages étaient sombres, hier soir, au terme de la rencontre du conseil d'administration de l'Université du Québec en Outaouais (UQO). Une réunion déchirante au cours de laquelle la direction a été contrainte de couper 3,2 millions des 75 millions$ prévus à son budget en cours afin de satisfaire les exigences du ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne.

Pour un établissement déjà aux prises avec un sous-financement chronique, un déficit accumulé d'une dizaine de millions de dollars et d'importantes pertes encourues par le conflit étudiant du printemps dernier, l'effort budgétaire supplémentaire récemment demandé par Québec prend l'allure d'un mauvais rêve pour le recteur de l'UQO, Jean Vaillancourt. Ce dernier ignore pour le moment les conséquences engendrées par ce déficit de plusieurs millions de dollars.

«Le conseil d'administration a prolongé ses discussions jusqu'à tard [hier soir] et nous avons étudié toutes les avenues possibles. Un comité a été formé pour trouver des solutions pour le budget en cours mais aussi pour celui de l'année 2013-2014 qui s'annonce difficile», affirme M.Vaillancourt.

À l'UQO, comme dans l'ensemble du milieu universitaire québécois, les coupures de 124 millions$ exigées par le ministre Duchesne à quatre mois de la fin de l'année fiscale en cours ont pris tout le monde par surprise. Plusieurs analystes et observateurs de la scène provinciale ont vu les exigences du ministre comme une déclaration de guerre et un signe d'une incompréhension du système universitaire de la part du ministre.

La hausse des droits de scolarité annulée par le gouvernement péquiste rendra encore plus difficile l'effort budgétaire demandé par le ministre. Les établissements avaient pour la plupart fait leur budget, le printemps dernier, en prenant en considération que ces sommes seraient au rendez-vous.

L'UQO sera au Sommet

Certains recteurs, sous le coup de la colère, ont même remis en question leur participation au Sommet sur l'enseignement supérieur qui doit se tenir en début d'année. Le recteur de l'UQO a toutefois l'intention de participer au Sommet et il se rendra à la deuxième rencontre thématique ce jeudi, à Trois-Rivières.

Plus de détails dans LeDroit du 11 décembre 2012 ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer