Des enseignants de l'Ontario prêts à descendre dans la rue

Dalton McGuinty... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Dalton McGuinty

Photo La Presse Canadienne

Partager

Les enseignants des écoles élémentaires publiques anglophones de l'Ontario sont prêts à descendre dans la rue pour protester contre la loi spéciale 115. Ils ont voté à 92% en faveur de grèves d'un jour qui débuteront dans le nord et le sud-ouest de la province, lundi prochain.

 

 

 

 

Les résultats du vote de la Fédération des enseignants de l'élémentaire de l'Ontario (FEEO) est tombé quelques heures après que le premier ministre Dalton McGuinty eût demandé au syndicat de contester la loi 115 devant les tribunaux et non sur les lignes de piquetage, mercredi.

«Si cette affaire doit aboutir devant les tribunaux, qu'on la règle à ce niveau-là. Ne la réglons pas dans nos écoles. N'impliquons pas nos élèves. N'élevons pas le niveau de stress des familles ontariennes. Réglons nos différends devant les tribunaux, comme des adultes. Ne compromettons pas la qualité de l'enseignement dans nos écoles», a exhorté M. McGuinty, en marge d'une annonce à Ottawa.

«La loi 115 est un affront aux droits démocratiques des éducateurs et aussi de tous les Ontariens. En votant ainsi, nos membres disent qu'ils sont prêts à se tenir debout pour la démocratie», a  répliqué Sam Hammond, président de la FEEO, dans un communiqué.

De son côté, la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l'Ontario (FEESO) s'en tiendrait à une grève du zèle d'ici l'entrée en vigueur de la loi 115, à la fin du mois.

Les deux syndicats des écoles publiques anglophones contestent la constitutionnalité de la loi spéciale devant la Cour supérieure de l'Ontario, arguant que le gouvernement s'y prend de manière antidémocratique pour geler les salaires et suspendre le droit de grève des enseignants pour les deux prochaines années.

«Nous avons déposé et fait adopter un projet de loi devant l'Assemblée législative. C'est maintenant une loi, en bonne et due forme, adoptée de façon démocratique», a insisté M. McGuinty, mercredi.

En vertu de la loi 115, le ministère de l'Éducation imposera de nouveaux contrats de travail à tous les groupes d'enseignants et d'employés de soutien qui n'auront pas ratifié de nouvelles ententes avec leur conseil scolaire respectif, le 31 décembre.

Le gouvernement libéral à Queen's Park estime qu'un gel des salaires des enseignants lui fera économiser 2 milliards $ sur deux ans. Le déficit de la province s'élève à 14,4 milliards $.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer