«Rangez vos crayons, sortez votre iPad»

«L'iPad peut remplacer le dictionnaire, le livre, le...

Agrandir

«L'iPad peut remplacer le dictionnaire, le livre, le cahier d'exercice, devient un moteur de recherche... Les possibilités sont très nombreuses», expose Édith Dumont, directrice de l'éducation du CEPEO.

Partager

Philippe Orfali
Le Droit

Jour de rentrée scolaire à l'école élémentaire publique Maurice-Lapointe de Kanata, hier. Dans les pupitres de nombre d'élèves, cahiers d'exercices neufs, gommes à effacer et crayons de couleurs fraîchement aiguisés côtoient un tout nouvel outil d'apprentissage.

Déjà, depuis quelques années, de plus en plus d'écoles catholiques et publiques se sont munies de tableaux électroniques pour remplacer les bons vieux tableaux noirs.

Voilà maintenant que la tablette tactile de type iPad fait sa grande entrée dans les écoles francophones de la région d'Ottawa, ces jours-ci.

L'époque de la craie et du crayon à mine n'est peut-être pas entièrement révolue, mais la technologie occupe de plus en plus de place dans les écoles franco-ontariennes de la région.

Plusieurs écoles sont désormais équipées de ces ardoises nouveau genre.

Outil multifonctionnel

«De plus en plus, les laboratoires informatiques des écoles cèdent la place à des outils qu'on retrouve directement sur le pupitre de l'élève, expose Édith Dumont, directrice de l'éducation du CEPEO. L'iPad peut remplacer le dictionnaire, le livre, le cahier d'exercice, devient un moteur de recherche... Les possibilités sont très nombreuses.»

Le Conseil des écoles catholiques du centre-est mise lui aussi sur ce nouvelle outil, appelé à devenir omniprésent dans la salle de classe, selon Eugénie Congi, la directrice de la nouvelle école Saint-Rémi, à Kanata.

Au CECCE, les tablettes tactiles sont déjà employées au palier secondaire - à l'école Garneau d'Orléans, notamment - et dans quelques écoles primaires. L'école Saint-Rémi sera cependant l'une des premières à faire appel de façon aussi importante aux nouvelles technologies.

De l'avis de MmeCongi, ces tablettes permettent certains élèves peu motivés à s'intéresser à la lecture et à l'écriture.

«Nous sommes au xxiesiècle et les enfants sont entourés d'outils technologiques dans leur vie de tous les jours. L'école doit elle aussi évoluer et (offrir) aux élèves des outils qui vont les motiver à vouloir apprendre», a-t-elle indiqué.

Le livre papier aura toujours sa place, mais pour plusieurs élèves qui n'aiment pas la lecture, particulièrement chez les garçons, la tablette peut encourager la lecture, estime-t-elle. «Parce que c'est technologique.»

«Les enfants vont quand même écrire sur papier. On va trouver l'équilibre entre la calligraphie et (la dactylographie)».

À ceux qui craignent que ces nouveaux outils créent une dépendance chez les enfants à la technologie, semblable à celle observée chez les adolescents ou les adultes, les deux éducatrices répliquent que de toute manière, les jeunes sont déjà bombardés de toute part par la nouvelle technologie.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer