La Belgique toujours en état d'alerte

Trois jours après les attaques-suicides à l'aéroport et... (Peter Dejong, AP)

Agrandir

Trois jours après les attaques-suicides à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles, le gouvernement belge a dû s'expliquer sur certains ratés dans la lutte antiterroriste, devant des députés, tandis que les forces de police du royaume restaient en état d'alerte.

Peter Dejong, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Bruxelles
Attentats à Bruxelles

De multiples explosions ont secoué l'aéroport international et une station de métro de Bruxelles, le 22 mars 2016, semant le chaos. »

Simon VALMARY, Matthieu DEMEESTERE
Agence France-Presse
BRUXELLES

Trois nouvelles interpellations ont eu lieu vendredi à Bruxelles, liées à un projet d'attentat déjoué en France, attestant encore un peu plus de l'étroitesse des ramifications entre les jihadistes de Paris et ceux qui ont ensanglanté la capitale belge.

Le parquet fédéral belge a aussi fait savoir que Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats parisiens de novembre, incarcéré depuis une semaine, avait opéré un revirement de stratégie entre samedi et mardi et refusait désormais de coopérer avec les enquêteurs.

«Entendu immédiatement» après les attentats de mardi qui ont fait au moins 31 morts «il a refusé de faire la moindre déclaration», a dit le parquet dans un communiqué.

Selon des procès-verbaux de son audition du 19 mars ayant fuité dans des médias français, il a minimisé son rôle le 13 novembre, chargeant son frère Brahim et Abdelhamid Abaaoud, son ami d'enfance qu'il dit à peine connaître.

Trois jours après les attaques-suicides à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles, le gouvernement belge a dû s'expliquer sur certains ratés dans la lutte antiterroriste, devant des députés, tandis que les forces de police du royaume restaient en état d'alerte.

En lien avec une opération menée la veille en région parisienne, elles ont procédé vendredi à deux perquisitions et trois interpellations à Bruxelles, dont l'une a donné lieu à la neutralisation d'objets suspects par les démineurs, à Schaerbeek, une des communes de la capitale belge.

«Une personne a été interceptée. [...] Il a été légèrement blessé à la jambe», a déclaré à l'AFP le bourgmestre (maire) de la commune, Bernard Clerfayt.

Dans la matinée, deux autres hommes avaient été interpellés à Forest et Saint-Gilles, deux autres communes de la capitale. Le premier a été blessé à la jambe.

Cela portait à neuf le nombre d'interpellations depuis jeudi soir en région bruxelloise, la justice belge ne faisant toutefois à ce stade aucun recoupement avec les deux suspects encore en fuite des attentats de mardi, apparaissant sur des images de vidéosurveillance mais non identifiés.

En France, le président François Hollande a affirmé que le réseau ayant commis les attentats de Paris et Bruxelles était «en voie d'être anéanti», même si d'«autres réseaux» constituent encore «une menace».

Le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait annoncé jeudi soir la mise «en échec» d'un projet d'attentat «conduit à un stade avancé».

L'arrestation près de Paris de Reda Kriket, un ancien braqueur, a conduit à la découverte de fusils d'assaut et d'explosifs dans un appartement d'Argenteuil (nord de Paris).

Ce Français de 34 ans, ayant résidé dans la capitale belge, avait été condamné en son absence, le 29 juillet 2015 à Bruxelles, à 10 ans de prison «du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste et recel», selon des détails dévoilés vendredi en Belgique.

L'un de ses coprévenus dans ce procès d'une filière jihadiste vers la Syrie était Abdelhamid Abaaoud, qui a eu un rôle clé le 13 novembre, membre comme lui de la mouvance «Zerkani» du nom d'un prédicateur bruxellois décrit par la justice comme le «plus grand recruteur» de jihadistes en Belgique.

Les liens apparaissent de plus en plus étroits entre les commandos de Paris et ceux du 22 mars à Bruxelles. L'homme soupçonné d'avoir été l'artificier du 13 novembre, le Bruxellois d'origine marocaine Najim Laachraoui, est avec Ibrahim El Bakraoui un de deux kamikazes de l'aéroport de Zaventem, a confirmé vendredi le parquet fédéral.

Des traces de son ADN ont été retrouvées dans plusieurs planques belges des membres des commandos parisiens, mais aussi «sur un gilet explosif et un morceau de tissu utilisés au Bataclan, et sur un engin explosif du Stade de France», a énuméré le parquet.

Son frère Mourad, international belge de taekwondo, s'était dit jeudi soir «accablé» par la nouvelle de l'implication de son aîné dans les attentats les plus meurtriers que la Belgique ait connus depuis 1945.

Sur sa page Facebook un ancien camarade d'université de Najim, mort à 24 ans, trois ans après avoir rejoint en Syrie les rangs de l'organisation État islamique, s'interrogeait: «Comment un homme peut se faire laver le cerveau en si peu de temps?»

Devant une commission du Parlement, trois ministres belges, Didier Reynders (Affaires étrangères), Koen Geens (Justice) et Jan Jambon (Intérieur) ont dû s'expliquer pendant plusieurs heures sur le cas d'Ibrahim El Bakraoui, ancien condamné qui a échappé à la justice belge après sa remise en liberté sous conditions en 2014.

La Turquie qui l'avait arrêté à l'été 2015 près de la frontière syrienne, puis expulsé dans un avion vers les Pays-Bas, a reproché aux autorités belges d'avoir ignoré son «profil terroriste» et raté son arrestation à son retour.

En réponse, les ministres belges ont mis en cause le flou des informations transmises par Ankara, mais ont aussi dénoncé la manière «inacceptable» dont celles-ci avaient été traitées par un policier belge en poste à Istanbul. «Une personne issue de l'appareil policier a gaffé», a admis Jan Jambon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer