Un redécoupage menaçant

Le nombre de députés ontariens augmentera à la... (123rf)

Agrandir

Le nombre de députés ontariens augmentera à la suite des élections de juin 2018.

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sébastien Pierroz

Sébastien Pierroz est journaliste-réalisateur pour #ONfr (www.tfo.org/onfr/), la franchise d'actualité politique de TFO.

Le Droit

CHRONIQUE / (Toronto) Les bancs de Queen's Park seront bientôt plus occupés. Actuellement au nombre de 107, les députés ontariens seront 123 ou 124 après les élections de juin 2018 : conséquence de la loi de 2015 sur la représentation électorale.

Pour le chiffre exact, il faudra attendre l'automne et voir si le gouvernement va de l'avant avec les recommandations de la Commission de délimitation des circonscriptions électorales du Grand Nord (CDCEGN), rendues publiques, mardi dernier.

En gros, cette commission propose de partager Kenora-Rainer River et surtout la très francophone Timmins-Baie James (environ 25 000 Franco-Ontariens) en deux comtés chacune.

Une bonne nouvelle pour les francophones qui pourraient dès lors bénéficier d'un député supplémentaire dans le Nord, où figurent déjà Gilles Bisson (Timmins-Baie James), France Gélinas (Nickel Belt) ou encore Michael Mantha (Algoma-Manitoulin). 

L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) n'a d'ailleurs pas manqué de saluer le travail de la Commission.

Les propositions relèvent du bon sens. Timmins-Baie James représente 248 000 km2 où se situent Timmins et Hearst... séparés de trois heures de route. 

Tout indique que le gouvernement ira de l'avant avec ces propositions. Un projet nécessaire pour rééquilibrer un peu la probable arrivée de députés non francophones à Queen's Park en juin 2018. Car des 15 nouvelles circonscriptions annoncées en 2015, celles-ci se situeront à Barrie, Belleville, Brampton, Durham, Halton, Hamilton, Mississauga, Ottawa, Simcoe, Toronto et York.

Dans le cas d'Ottawa, le comté de Nepean-Carleton (actuellement occupée par l'unilingue Lisa MacLeod) sera scindé en deux. Peu de chance qu'un député francophone ravisse l'un des deux endroits.

Pour lire l'analyse de Sébastien Pierroz dans son intégralité, rendez-vous sur le site Web d'#ONfr (http://www5.tfo.org/onfr/decoupage-electoral-une-menace-pour-les-franco-ontariens/).




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer