Le legs de Denis Vaillancourt

Le président sortant de l'AFO, Denis Vaillancourt... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le président sortant de l'AFO, Denis Vaillancourt

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sébastien Pierroz

Sébastien Pierroz est journaliste-réalisateur pour #ONfr (www.tfo.org/onfr/), la franchise d'actualité politique de TFO.

Le Droit

CHRONIQUE - COLLABORATION SPÉCIALE / Au fil des années, son visage était devenu familier dans tous les grands événements francophones. Son fameux « réflexe franco » implorant les Franco-Ontariens de demander les services dans leur langue, était devenu tout aussi incontournable. Dimanche, Denis Vaillancourt transmettra son flambeau de président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) à Carol Jolin.

Pendant six ans, M. Vaillancourt a arpenté sans relâche les quatre coins de l'Ontario pour donner une voix forte à l'AFO, et par conséquent aux 611 500 Franco-Ontariens. Et c'est là l'une des grandes réussites du président sortant : avoir donné à l'organisme francophone une réelle stabilité.

Car rien n'a été simple lors de la création de l'AFO en 2005, à la suite de la fusion de l'Assemblée des communautés franco-ontariennes (ACFO) et la Direction de l'Entente Canada-communauté Ontario (DECCO). Ébranlé par problèmes de gestion -- climat de travail tendu, roulement de personnel élevé, dépenses mal avisées --, l'organisme avait d'abord peiné pour s'imposer comme un joueur de poids chez les francophones.

Ancien sous-ministre adjoint au ministère de l'Éducation de l'Ontario, Denis Vaillancourt est de ceux qui pèsent chaque mot prononcé, et évitent les déclarations fracassantes. Une prudence rhétorique qui a pu agacer. C'est ici sous-estimer les effets positifs de cette politique de mains tendues vers plus de partenaires.

Épaulé par le directeur général Peter Hominuk qu'il a embauché en 2011, M. Vaillancourt a oeuvré dans les coulisses pour gommer l'étiquette très « libérale » de l'AFO. Une image plus inclusive qui a permis à l'organisme de solidifier ses liens avec le Nouveau Parti démocratique et de l'Ontario et d'avoir une oreille plus attentive du Parti progressiste-conservateur.

Pour lire l'analyse de Sébastien Pierroz dans son intégralité, rendez-vous sur le site Web d'#ONfr

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer