Patrick Brown avance ses pions

Le chef progressiste-conservateur, Patrick Brown, en compagnie du... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le chef progressiste-conservateur, Patrick Brown, en compagnie du maire d'Ottawa, Jim Watson.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sébastien Pierroz

Sébastien Pierroz est journaliste-réalisateur pour #ONfr (www.tfo.org/onfr/), la franchise d'actualité politique de TFO.

Le Droit

CHRONIQUE - COLLABORATION SPÉCIALE / La campagne des élections provinciales de 2018 commence officieusement cet automne. Dans l'ombre des deux élections partielles à Ottawa-Vanier et Niagara Ouest-Glanbrook, le Parti progressiste-conservateur (PC de l'Ontario) organisera dans le même temps 24 investitures.

Considérant que le parti de Patrick Brown détient actuellement 28 sièges à Queen's Park, il faut en déduire que plus de 50 des candidats potentiels seront connus un an et demi à l'avance. C'est beaucoup, même si 15 nouvelles circonscriptions s'ajouteront en 2018 aux 107 déjà existantes.

Pour les troupes progressistes-conservatrices, l'équation est simple. Les nouvelles règles de financement qui entreront en vigueur le 1er janvier 2017 sont drastiques : plus de dons faits aux partis politiques par les syndicats, les compagnies et les groupes d'intérêts. Il faut donc se dépêcher d'avoir ses candidats prêts avant la fin de l'année pour renflouer les caisses du parti.

Le tempo est certes idéal pour Patrick Brown. Le gouvernement libéral de Kathleen Wynne est plus que jamais décrié, la faute sans doute à la vente d'Hydro One, mais aussi à une usure de pouvoir de presque 13 ans jour pour jour.

Dans la région d'Ottawa, les circonscriptions « francophones » pourraient bien devenir l'un des points centraux de l'affrontement provincial qui se profile entre les libéraux et les progressistes-conservateurs.

Car si le candidat vedette du Parti PC dans Ottawa-Vanier, André Marin, apparaît menaçant lors de l'élection partielle, tout est aussi possible dans les circonscriptions de Glengarry-Prescott-Russell, Orléans, ou encore Ottawa-Ouest-Nepean. Dans ces endroits, la marge d'avance des libéraux aux élections n'est pas si large. Hasard ou pas, ces trois comtés sont sur la liste du parti pour les investitures de fin d'année.

Pour lire l'analyse de Sébastien Pierroz dans son intégralité, rendez-vous sur le site Web d'#ONfr

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer