Le nouvel espoir de la francophonie

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE - COLLABORATION SPÉCIALE / Les gens à Terre-Neuve n'ont pas besoin de grand-chose pour se convaincre qu'il fait beau. Il a fait un temps frisquet, nuageux et venteux durant presque toute la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne à Saint-Jean​, cette semaine. Mais il n'a presque pas plu et il n'y a pas eu de brouillard. Et il n'en fallait pas plus pour contenter les résidants de l'endroit.

Cet optimisme a clairement déteint sur les participants à la 21e rencontre annuelle des ministres responsables de la francophonie partout au Canada. Dans les faits, il n'est pas ressorti grand chose de l'événement sinon quelques déclarations de bonnes intentions. Qu'à cela ne tienne, le groupe d'élus s'est quitté jeudi midi avec l'impression d'avoir fait véritablement avancer le fait français au pays.

Lorsqu'on a connu la tempête, on se réjouit de la moindre accalmie.

Cet enthousiasme renouvelé de la francophonie canadienne à la conférence de Sain​t-​Jean​ s'explique en partie par la présence et la participation active des gouvernements du Canada et du Québec, deux partenaires importants qui n'ont pas toujours été au rendez-vous.

Cet enthousiasme renouvelé de la francophonie canadienne à la conférence de Sain​t-​Jean​ s'explique en partie par la présence et la participation active des gouvernements du Canada et du Québec, deux partenaires importants qui n'ont pas toujours été au rendez-vous.

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, avait peu à offrir aux provinces et territoires sinon la promesse d'un nouveau « plan d'action » pour les langues officielles d'ici deux ans. Mais après quelques années de dialogue difficile avec Ottawa, les responsables de la francophonie à Fredericton, Queen's Park et même Whitehorse étaient heureux rien que de retrouver un partenaire fédéral avec qui parler.

Pour lire l'analyse de François Pierre Dufault dans son intégralité, rendez-vous sur le site Web d'#ONfr

L'auteur est producteur et premier rédacteur d'#ONfr. Retrouvez son équipe sur le web au tfo.org/onfr et sur les ondes de TFO les jeudis à 20h50.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer