Le dilemme du remaniement ministériel

Il y a déjà quelques occasions d'avancement qui... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Il y a déjà quelques occasions d'avancement qui sautent aux yeux. C'est le cas notamment de Marie-France Lalonde, la députée francophone d'Ottawa-Orléans.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
F.P. Dufault

François Pierre Dufault est producteur et premier rédacteur d'#ONfr (www.tfo.org/onfr/), la franchise d'actualité politique de TFO.

CHRONIQUE - COLLABORATION SPÉCIALE / Tout indique que Kathleen Wynne prépare un remaniement ministériel d'ici quelques semaines. La première ministre de l'Ontario espérerait ainsi réénergiser son gouvernement libéral avant d'entamer la deuxième moitié de son mandat.

Il y a déjà quelques occasions d'avancement qui sautent aux yeux.

C'est le cas notamment de Marie-France Lalonde. En un an, la députée francophone d'Ottawa-Orléans, travailleuse sociale de formation, est passée de l'arrière-ban au poste stratégique de whip en chef du gouvernement.

Ayant aussi conservé ses ​premières fonctions d'adjointe parlementaire au Développement économique et aux Affaires francophones, Mme Lalonde a démontré qu'elle est capable d'en prendre. Un ministère à caractère social semble à sa mesure.

Glenn Thibeault aurait à son tour de belles qualités de communicateur et de gestionnaire à apporter au cabinet Wynne, en plus de redonner à sa communauté de Sudbury la voix forte qu'elle a longtemps eue dans l'antre du pouvoir. Politicien expérimenté, francophile à l'origine des excuses de la province pour le Règlement XVII en février, M. Thibeault aurait probablement rejoint le conseil des ministres dès l'an dernier, n'eût été la controverse qui a obscurci son arrivée à Queen's Park à la suite d'une élection partielle - l'organisateur de son investiture ayant été accusé de trafic d'influence.

D'autres recrues du dernier scrutin, comme Eleanor McMahon, de Burlington, Daiene Vernile, de Kitchener, et Yvan Baker, de Toronto, pourraient obtenir eux aussi de l'avancement.

Des postes pourraient se libérer aux Services sociaux, où Helena Jaczek s'est bien mal dépatouillée avec le scandale du système défectueux d'envoi des chèques d'aide sociale, ou encore aux Services à la jeunesse, où Tracy MacCharles a vécu un dernier trimestre éprouvant sous les feux nourris des opposants à sa réforme de l'aide aux enfants autistes.

Ce n'est pas le talent qui manque pour renforcer la deuxième ligne du parti au pouvoir. Mais sur le banc d'en avant, les choix de Kathleen Wynne s'annoncent plus difficiles.

Pour lire l'analyse de François Pierre Dufault dans son intégralité, rendez-vous sur le site Web d'#ONfr

L'auteur est producteur et premier rédacteur d'#ONfr. Retrouvez son équipe sur le web au tfo.org/onfr et sur les ondes de TFO les jeudis à 20h50.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer