Aide aux jeunes autistes: pas de solution parfaite

En Ontario, des milliers des parents d'enfants autistes... (Brad Davis, The Register-Herald via AP)

Agrandir

En Ontario, des milliers des parents d'enfants autistes fondent de grands espoirs sur l'ICI. Ils ne sont pas prêts à accepter que la province fixe pour eux les limites de l'efficacité du traitement, peu importe ce qu'en disent les experts.

Brad Davis, The Register-Herald via AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
F.P. Dufault

François Pierre Dufault est producteur et premier rédacteur d'#ONfr (www.tfo.org/onfr/), la franchise d'actualité politique de TFO.

CHRONIQUE - COLLABORATION SPÉCIALE / Les libéraux de Kathleen Wynne promettent d'investir 333 millions $ sur cinq ans pour réduire les temps d'attente pour des services d'aide aux enfants de l'Ontario touchés par un trouble du spectre de l'autisme.

L'investissement est louable. Il est attendu depuis plusieurs années. Mais il s'accompagne d'une réforme qui laisse à bien des parents d'enfants autistes le sentiment d'être abandonnés à leur sort.

Queen's Park apportera des changements au programme d'intervention comportementale intensive (ICI), reconnu par un grand nombre de spécialistes comme le seul traitement ayant amélioré de manière quantifiée le développement d'enfants autistes.

Les jeunes âgés de cinq ans ou plus, pour lesquels la «fenêtre biologique» pour l'efficacité de l'ICI se serait refermée, selon des données du gouvernement appuyées par des experts, ne seront plus éligibles au traitement.

Qu'ils aient entrepris des traitements d'ICI ou qu'ils soient toujours sur une liste d'attente, ces jeunes autistes de cinq ans ou plus seront ​redirigés vers un programme d'analyse comportementale appliquée (ACA), un traitement beaucoup moins intensif.

Justement parce qu'il est moins intensif, l'ACA devrait coûter moins cher à administrer. Il serait donc possible pour Queen's Park d'aider un plus grand nombre d'enfants avec les mêmes sommes d'argent. Et les temps d'attente pour un traitement devraient diminuer en conséquence.

En Ontario, des milliers des parents d'enfants autistes fondent de grands espoirs sur l'ICI. Ils ne sont pas prêts à accepter que la province fixe pour eux les limites de l'efficacité du traitement, peu importe ce qu'en disent les experts. Et si leur enfant vivait un de ces petits miracles que la science ne peut expliquer? Et si leur enfant parvenait à repousser un peu plus les limites de son développement, même à six ou sept ans?

Chaque enfant est différent, après tout.

Pour lire l'analyse de François Pierre Dufault dans son intégralité, rendez-vous sur le site Web d'#ONfr

L'auteur est producteur et premier rédacteur d'#ONfr. Retrouvez son équipe sur le web au tfo.org/onfr et sur les ondes de TFO les jeudis à 20h50.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer