Attentat au camion bélier à Stockholm : 4 morts et 15 blessés

Les forces de l'ordre ont érigé un périmètre... (Jonathan Nackstrand, AFP)

Agrandir

Les forces de l'ordre ont érigé un périmètre autour du camion.

Jonathan Nackstrand, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hugues Honore
Agence France-Presse
Stockholm

Quatre personnes ont été tuées vendredi et 15 blessées dans un attentat à Stockholm, lorsqu'un camion volé a fauché des passants en plein centre-ville, a indiqué la police, qui recherchait toujours le chauffeur dans la soirée.

Le premier ministre suédois, Stefan Löfven, a annoncé le renforcement des contrôles aux frontières du pays, alors que depuis deux ans plusieurs attentats, souvent revendiqués par des groupes jihadistes et parfois commis avec un véhicule bélier, ont frappé l'Europe.

Cette fois, le camion, volé selon l'entreprise propriétaire, a foncé peu avant 13H00 GMT sur les piétons le long de la rue piétonne la plus fréquentée de la capitale, Drottninggatan. Il a fini sa course dans la façade d'un grand magasin, Åhléns City, près du croisement avec une artère à forte circulation, Klarabergsgatan.

«Quatre personnes sont mortes et 15 ont été blessés», a déclaré le porte-parole de la police de Stockholm, Lars Byström. Le bilan précédent, fourni par les autorités sanitaires, faisait état d'un mort et 15 blessés.

Le premier ministre suédois, Stefan Lofven, a offert... (Thomas Johansson, AFP) - image 2.0

Agrandir

Le premier ministre suédois, Stefan Lofven, a offert un point de presse plus tôt aujourd'hui.

Thomas Johansson, AFP

Un homme a été arrêté en début de soirée à Märsta, en banlieue nord de Stockholm, a ajouté la police, sans donner de détails sur son identité. Mais cette personne n'est pas le chauffeur du camion bélier, qui était toujours recherché, a-t-elle ensuite précisé.

La police avait auparavant indiqué à la presse qu'elle recherchait un homme relativement jeune portant une capuche noire, filmé par une caméra à proximité immédiate des lieux de l'attentat. C'est vraisemblablement lui qui est en garde à vue.

Les témoins interrogés par l'AFP parlaient d'un camion roulant très vite et d'un choc violent à la fin.

«Ça a fait le même bruit qu'une bombe qui explose et de la fumée a commencé à s'échapper de l'entrée principale» du magasin, a déclaré au quotidien Aftonbladet un témoin de la scène, Leander Nordling, 66 ans.

«J'ai décidé de renforcer les contrôles aux frontières», a déclaré dans la soirée le Premier ministre Stefan Löfven lors d'une conférence de presse au siège du gouvernement. «La Suède a été attaquée» et «tout laisse penser à un attentat», avait-il auparavant déclaré aux médias locaux.

Le chef du gouvernement, qui était en route vers la deuxième ville du pays, Göteborg, pour participer au congrès du parti social-démocrate, avait fait demi-tour et était revenu dans la capitale en début de soirée.

La police a appelé, via internet et des hauts-parleurs dans les rues, les habitants à rentrer chez eux dans le calme et à éviter les rassemblements de foule.

Centre-ville désert

Le camion «a été volé à l'occasion d'une livraison à un restaurant», a déclaré à l'AFP une porte-parole du brasseur Spendrups, Rose-Marie Hertzman.

La circulation dans le métro et les trains de banlieue a été entièrement arrêtée. Elle a repris après quelques heures. L'attentat a eu lieu au niveau de la station T-Centralen, par laquelle passent toutes les lignes de métro de Stockholm.

Nombre de dirigeants étrangers ont exprimé leur solidarité avec Stockholm. «En cette heure difficile, les Russes pleurent avec le peuple suédois», a entre autres affirmé le président Vladimir Poutine, quelques jours après un attentat qui a fait 13 morts dans le métro de Saint-Pétersbourg, non revendiqué à ce jour.

La Suède n'a été visée qu'une seule fois par un attentat, quand en décembre 2010 un homme avait mené une attaque-suicide à la bombe, dans la même rue piétonne de Stockholm. Il n'avait que légèrement blessé des passants.

L'attentat de vendredi rappelle les attaques revendiquées par le groupe État islamique et menées à Londres, Berlin et dans le sud de la France à Nice, où des camions ont foncé dans la foule.

Le 22 mars, Khalid Masood, un Britannique de 52 ans converti à l'islam et connu des services de police, avait tué cinq personnes. Il avait lancé une voiture de location sur le trottoir du pont de Westminster, qui enjambe la Tamise face à Big Ben, avant de poignarder à mort un policier devant le Parlement.

En décembre, 12 personnes avaient été tuées à Berlin lorsqu'un homme avait volé un camion pour foncer sur la foule sur un marché de Noël.

L'attaque la plus mortelle de ce type en Europe est celle commise à Nice le 14 juillet 2016, lorsqu'un homme au volant d'un camion avait tué 86 personnes en fonçant dans la foule lors de la fête nationale française.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer