Les États-Unis ont lancé une frappe contre la Syrie

Le conflit syrien vient de prendre une toute... (Courtoisi, Marine américaine via AFP)

Agrandir

Le conflit syrien vient de prendre une toute autre dimension.

Courtoisi, Marine américaine via AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andrew Beatty & Nicolas Revise
Agence France-Presse
Palm Beach & Washington

Les États-Unis ont frappé jeudi soir la Syrie, tirant des dizaines de missiles de croisière contre une base aérienne du régime en réponse à une attaque chimique présumée que Donald Trump a qualifiée de «honte pour l'humanité».

La frappe a été menée avec «59 missiles» Tomahawk, a annoncé un responsable de la Maison Blanche, précisant que Washington avait visé la base aérienne de Shayrat, qui est «associée au programme» d'armes chimiques de Damas et «directement liées» aux évènements «horribles» de mardi.

Le président Donald Trump a affirmé que ces opérations étaient «dans l'intérêt vital de la sécurité nationale» des États-Unis. La télévision syrienne les a de son côté qualifiées d'»agression».

Le 4 avril, un raid imputé à l'armée syrienne contre la localité de Khan Cheikhoun dans le nord-ouest de la Syrie a fait au moins 86 morts, dont 27 enfants.

Les États-Unis ont accusé le régime du président Bachar al-Assad d'avoir utilisé un agent neurotoxique de type sarin contre cette petite ville rebelle, dont les images de victimes - femmes et enfants - agonisantes ont choqué le monde.

Le président Trump avait menacé depuis mercredi de passer à l'action contre son homologue syrien pour cette attaque «odieuse», un «affront à l'humanité».

Jeudi, en arrivant en Floride pour accueillir son homologue chinois Xi Jinping, il avait encore dénoncé une «honte pour l'humanité» et réclamé que «quelque chose se passe».

Son chef de la diplomatie Rex Tillerson avait accusé «le régime syrien sous la gouverne du président Bachar al-Assad d'être responsable de cette attaque». La chancelière allemande Angela Merkel a, elle aussi, montré du doigt le «régime d'Assad».

Mais la Russie, alliée de la Syrie, a averti les États-Unis, juste avant les frappes.

«Conséquences négatives»

A l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU qui débattait depuis deux jours d'une résolution de condamnation de l'attaque, l'ambassadeur russe Vladimir Safronkov avait mis en garde contre des «conséquences négatives» en cas d'intervention militaire américaine.

A l'été 2013, le prédécesseur de Donald Trump, Barack Obama, avait renoncé à frapper le régime syrien après une attaque aux armes chimiques près de Damas qui avait fait plus de 1.400 morts. A l'époque, le magnat de l'immobilier Donald Trump avait exhorté sur Twitter M. Obama à ne pas intervenir en Syrie.

Jeudi, Rex Tillerson a en outre plaidé pour le départ du président syrien, après avoir dit le contraire il y a une semaine.

Dorénavant aux yeux du patron de la diplomatie américaine, «le rôle d'Assad à l'avenir est incertain et avec les actes qu'il a perpétrés, il semblerait qu'il n'ait aucun rôle pour gouverner le peuple syrien».

Jeudi dernier, lui et l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley avaient semblé s'accommoder du maintien au pouvoir du chef de l'Etat syrien, avant de hausser le ton cette semaine.

L'ancienne secrétaire d'Etat démocrate Hillary Clinton, qui avait milité pour une approche plus musclée de l'administration de Barack Obama contre le régime de Damas, s'est dite favorable à des frappes pour «détruire» les bases aériennes syriennes.

Perçu comme un isolationniste et hostile à l'interventionnisme de l'Amérique au Moyen-Orient, Donald Trump avait reconnu mercredi que l'attaque chimique avait eu «un énorme impact» sur lui et que son «attitude vis-à-vis de la Syrie et d'Assad avait nettement changé».

L'indignation internationale a pris de l'ampleur après des images d'enfants pris de convulsions sous leur masque à oxygène, de personnes gisant dans les rues et saisies de spasmes, de la mousse sortant de la bouche. Le caractère chimique de l'attaque semble ainsi se préciser, même si les circonstances restent controversées.

En Turquie, où de nombreux blessés ont été évacués, les premières analyses «effectuées à partir des éléments prélevés sur les patients laissent penser qu'ils ont été exposés à un agent chimique», selon le ministère de la Santé. Des médecins et des ONG comme Médecins sans frontières (MSF) ont également évoqué l'utilisation d'»agents neurotoxiques», en particulier le gaz sarin.

Gaz invisible

Ce gaz est inodore et invisible. Même s'il n'est pas inhalé, son simple contact avec la peau bloque la transmission de l'influx nerveux et entraîne la mort par arrêt cardio-respiratoire.

Le régime syrien a été accusé d'avoir utilisé du gaz sarin le 21 août 2013 dans l'attaque de localités aux mains des rebelles en périphérie de Damas, qui avait fait au moins 1.429 morts, dont 426 enfants, selon les États-Unis.

Mais le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem a réaffirmé que l'armée de son pays «n'a pas utilisé et n'utilisera jamais» d'armes chimiques contre son peuple, «pas même contre les terroristes», expression du régime pour désigner rebelles et jihadistes.

D'après lui, l'aviation a frappé «un entrepôt de munitions appartenant» à des jihadistes et «contenant des substances chimiques». Une explication déjà avancée par l'armée russe mais jugée «fantaisiste» par des experts militaires.

Trump appelle les «nations civilisées» à faire cesser le bain de sang en Syrie

Le président Donald Trump s'est adressé à la... (Jim Watson, AFP) - image 3.0

Agrandir

Le président Donald Trump s'est adressé à la nation américaine, jeudi soir.

Jim Watson, AFP

Le président américain Donald Trump a appelé jeudi toutes les «nations civilisées» à oeuvrer pour faire cesser le bain de sang en Syrie et le terrorisme, peu après avoir ordonné une frappe punitive contre le régime de Bachar al-Assad.

Au cours d'une brève allocution télévisée, le visage et le ton très grave, M. Trump a accusé «le dictateur syrien Bachar al-Assad (d'avoir) lancé une horrible attaque avec des armes chimiques contre des civils innocents (...) en utilisant un agent neurotoxique mortel».

M. Trump a affirmé qu'»il est dans l'intérêt vital de la sécurité nationale des États-Unis de prévenir et d'empêcher la prolifération et l'usage d'armes chimiques», soulignant «que des années de tentatives de faire changer Assad ont échoué, et échoué dramatiquement».

Son secrétaire d'État, Rex Tillerson, a renchéri soulignant que la frappe montre la volonté du président américain d'agir quand des pays «franchissent la ligne».

Les images du village de Khan Cheikhoun, petite ville de la province rebelle d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie où au moins 86 personnes, dont 30 enfants, ont été tuées lors d'un raid mené mardi ont choqué le monde entier, y compris le président Trump.

Celui-ci a souligné jeudi soir que la frappe avait été lancée contre la base aérienne d'où est partie l'attaque sur Khan Cheikhoun.

«Nous espérons que tant que les États-Unis seront synonymes de justice, la paix et l'harmonie prévaudront», a ajouté le président.

La télévision d'État syrienne qualifie les frappes américaines d'«agression»

La télévision d'État syrienne a qualifié vendredi d'»agression» les frappes américaines contre une base aérienne du régime, une source militaire évoquant des «pertes».

«Agression américaine visant des cibles militaires syriennes avec plusieurs missiles», a alerté la chaîne sitôt après l'annonce américaine.

«L'une de nos bases aériennes dans le centre du pays a été visée à l'aube par un missile tiré par les États-Unis, provoquant des pertes», a ensuite signalé une source militaire citée par la télévision d'État, sans préciser s'il s'agit de pertes humaines ou matérielles.

«Cete agression américaine vient après la campagne médiatique de dénigrement menée par des pays (...) après ce qui s'est passé à Khan Cheikhoun», a indiqué pour sa part l'agence officielle Sana.

L'attaque chimique présumée, qui a fait au moins 86 morts dans cette ville du nord-ouest syrien selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, a été imputée au régime de Bachar al-Assad, notamment par Washington, Paris et Londres.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer