Brexit: le divorce consommé le 29 mars

«Le représentant permanent du Royaume-Uni à Bruxelles a... (Archives, AFP)

Agrandir

«Le représentant permanent du Royaume-Uni à Bruxelles a informé l'Union européenne ce matin que la Grande-Bretagne activerait l'article 50 le 29 mars», a indiqué lundi un porte-parole de Downing Street.

Archives, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Danica Kirka, Jill Lawless
Associated Press
Londres

Le gouvernement britannique invoquera l'article 50 du Traité de Lisbonne le 29 mars, enclenchant ainsi son divorce d'avec l'Union européenne.

L'ambassadeur de Londres auprès de l'Union européenne, Tim Barrow, en a informé le président de l'UE, Donald Tusk, lundi matin.

«Nous sommes au seuil des négociations les plus importantes de la dernière génération pour ce pays, a dit le ministre responsable du Brexit, David Davis. L'objectif du gouvernement est clair: une entente profitable pour tous les peuples et toutes les régions du Royaume-Uni, et pour toute l'Europe - un nouveau partenariat positif entre le Royaume-Uni et nos amis et alliés de l'Union européenne.»

Le bureau de la première ministre Theresa May a annoncé qu'elle prendra la parole devant la Chambre des communes le jour de l'activation de l'article.

La Commission européenne a déclaré qu'elle est prête à participer aux négociations.

«Tout est prêt pour notre part», a dit la porte-parole Margaritis Schinas.

La lettre que Mme May transmettra la semaine prochaine plongera le Royaume-Uni dans une période d'incertitude profonde. Le pays n'a aucune idée de la forme que prendront ses liens avec l'Union européenne - si les entreprises pourront transiger librement, si les étudiants pourront étudier à l'étranger ou si les retraités pourront facilement aller s'installer dans d'autres États européens. Ces choses allaient de soi depuis que le Royaume-Uni a rejoint, en 1973, ce qu'on appelait alors la Communauté économique européenne.

On ne sait même pas si le Royaume-Uni survivra au Brexit en un seul morceau, puisque la première ministre écossaise Nicola Sturgeon a annoncé la semaine dernière son désir d'organiser un nouveau référendum sur l'indépendance. Les Écossais ne voulaient pas claquer la porte de l'UE, et Mme Sturgeon a dit que «l'Écosse ne doit pas être entraînée sur un sentier où elle ne veut pas s'aventurer».

L'article 50 du Traité de Lisbonne, qui est activé pour la première fois, stipule que les deux camps devront s'entendre sur les conditions du divorce d'ici mars 2019 et, si possible, négocier un nouveau partenariat entre le Royaume-Uni, la cinquième économie mondiale, et un vaste marché commun de 500 millions de personnes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer