Gordon Campbell s'oppose au Brexit

Gordon Campbell... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Gordon Campbell

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le haut-commissaire du Canada au Royaume-Uni croit qu'il est temps que la hargne soit évacuée de la campagne référendaire sur l'appartenance du pays à l'Union européenne (UE) à la suite du meurtre d'une députée travailliste britannique plus tôt cette semaine.

Selon Gordon Campbell, les Britanniques doivent réaliser que voter en faveur du retrait du Royaume-Uni de l'UE perturbera non seulement leur pays, mais aussi le monde en général, en plus de ravager l'économie mondiale pour au moins une génération.

Il a également prévenu que ce retrait pourrait retarder l'entrée en vigueur de l'Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l'UE ainsi que mettre en péril les emplois de milliers de Canadiens travaillant pour des centaines d'entreprises britanniques.

Les propos de M. Campbell reflètent ceux tenus par le premier ministre Justin Trudeau, le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, le ministre des Finances, Bill Morneau, et l'ancien premier ministre Brian Mulroney, qui ont tous plaidé en faveur du maintien du Royaume-Uni au sein de l'organisation de 28 pays.

Mais dans le cadre d'une entrevue exclusive avec La Presse Canadienne, Gordon Campbell, un ancien premier ministre de la Colombie-Britannique, a prédit des conséquences économiques affreuses et imprévisibles pour le Royaume-Uni, le Canada et le monde advenant le cas où les Britanniques décideraient de quitter l'UE à l'occasion du référendum de jeudi.

Le diplomate canadien a affirmé que l'assassinat de Jo Cox, une mère de deux enfants âgée de 41 ans, montrait la nécessité pour le peuple britannique de commencer à voir le référendum comme une importante question de politique publique et non comme un sujet émotif lié à l'identité nationale.

« Les détails concernant ce qui est arrivé à Jo Cox ne sont pas encore entièrement connus, mais j'espère que cette tragédie a poussé de nombreuses personnalités publiques du Royaume-Uni à réfléchir sérieusement au ton du débat concernant le référendum sur l'UE », a déclaré M. Campbell.

« Je pense qu'il y a consensus pour dire qu'il faut arrêter la hargne et que le débat doit porter moins sur les attaques personnelles et émotives, et plus sur l'impact réel qu'aura un vote en faveur du retrait de l'UE sur la population britannique et le monde. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer