Israël desserre le blocus maritime de Gaza

Un pêcheur palestinien jette son filet dans la... (Mohammed Abed, Archives AFP)

Agrandir

Un pêcheur palestinien jette son filet dans la Méditerranée, le port de Gaza toujours à portée de vue. La pêche fait vivre, pauvrement, environ 4000 familles gazouies.

Mohammed Abed, Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
GAZA

Israël a décidé d'assouplir le blocus maritime imposé à la bande de Gaza et d'étendre la zone dans laquelle les pêcheurs palestiniens sont autorisés à travailler, ont indiqué vendredi la profession gazaouie et les autorités israéliennes.

À partir de dimanche, la zone de pêche autorisée en Méditerranée passera de six milles nautiques actuellement (11 km) à neuf milles, mais seulement au large des côtes méridionales de la bande de Gaza, ont dit dans des communiqués distincts Nizar Ayyash, président du syndicat gazaoui des pêcheurs, et le COGAT, organe du ministère israélien de la Défense chargé de coordonner les activités israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés.

La zone de pêche reste limitée à six milles au nord du Wadi Gaza, un oued (un fleuve) qui coupe en deux la bande de Gaza, ont-ils dit.

Israël soumet la bande de Gaza, dirigée sans partage par le Hamas, son ennemi, à un blocus terrestre, aérien et maritime depuis 2006. Limitée au nord et à l'est par le territoire israélien et à l'ouest par la Méditerranée, la bande de Gaza est aussi soumise au sud au blocus égyptien.

La marine israélienne ouvre régulièrement le feu, parfois mortellement, sur des bateaux gazaouis aux limites de la zone de pêche. Les Palestiniens disent être visés même quand ils n'ont pas franchi la ligne des six milles, pourtant très insuffisants pour exercer leur métier. Ils essuient également les tirs ou les arraisonnements égyptiens au sud.

Dans un territoire asphyxié économiquement et ravagé par trois guerres entre 2008 et 2014, la pêche fait vivre, pauvrement, environ 4000 familles.

L'extension de la zone de pêche pourrait injecter 400 000 shekels (environ 138 000$CAN) dans l'économie gazaouie chaque année, dit le COGAT.

Les accords de paix signés à Oslo en 1993 prévoyaient une zone de pêche pour les Palestiniens jusqu'à 20 milles nautiques. Puis la zone a varié à plusieurs reprises au cours des années, jusqu'à être réduite à trois milles en 2014, puis six milles après la guerre de juillet-août 2014.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer