Une biblioteca Jean-Paul L'Allier au Mexique

Pendant que Québec se demande encore comment honorer la mémoire de Jean-Paul... (Coutoisie, Organisation des villes du patrimoine mondial)

Agrandir

Coutoisie, Organisation des villes du patrimoine mondial

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pendant que Québec se demande encore comment honorer la mémoire de Jean-Paul L'Allier, la ville patrimoniale de Oaxaca, au Mexique, a inauguré la semaine dernière la Biblioteca Jean-Paul L'Allier dans son quartier historique. Plus encore, le maire de la ville, Javier Villacaña Jiménez, profitera de la réunion du conseil d'administration de l'Organisation des villes du patrimoine mondial(OVPM), lundi et mardi à Istanbul, pour proposer la mise en place d'un réseau international de bibliothèques Jean-Paul L'Allier. La Biblioteca Jean-Paul L'Allier a pour mandat de recueillir et de diffuser l'information visant à promouvoir le patrimoine, plus particulièrement auprès des jeunes. Ce qui explique qu'elle a été lancée avec la collaboration du collège José Maria Murguia y Gallardi, qui a cédé l'espace nécessaire à ce projet.

Le maire de Oaxaca est le vice-président du conseil d'administration de l'OVPM. La conseillère Julie Lemieux représentera la ville de Québec à cette réunion de deux jours de son conseil d'administration.

Pour le secrétaire général de l'organisme, M. Denis Ricard, l'initiative de Oaxaca démontre l'énorme prestige de Jean-Paul L'Allier au sein cette communauté. Il donne en exemple les nombreux témoignages de sympathie et d'amitié reçus par écrit ou verbalement à la suite du décès de M. L'Allier, le 5 janvier. Des messages en provenance du Vietnam, d'Algérie, du Chili, du Sri Lanka, des États Unis, et de plusieurs pays européens, dont on peut prendre connaissance sur le site internet de l'OVPM.

Il rappelle que l'Organisation des villes du patrimoine mondial a mis sur pied le Prix Jean-Paul L'Allier qui souligne, aux deux ans, les efforts d'une ville touchant la conservation, la mise en valeur ou la gestion d'un bien inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

En 1991, M. L'Allier a réuni à Québec 41 villes de partout sur la planète, afin de jeter les bases de cette organisation qui a vu le jour en 1993 à Fès, au Maroc. Il en a été le président jusqu'en 1999.

L'organisme rejoint actuellement 268 villes qui ont un site inscrit par l'UNESCO sur la liste du patrimoine mondial. Son but est d'assister ces villes devant les défis posés par l'obtention du statut patrimonial. Le secrétaire général, Denis Ricard, ajoute qu'à sa dernière assemblée générale à Arequipa au Pérou en novembre, les membres ont accepté le principe de l'élargissement du membership. «Jusqu'à présent, nous n'acceptions que des villes qui avaient un territoire reconnu par l'UNESCO. Chez nous, c'est le Vieux Québec. Mais à la suite de pressions de la ville de Philadelphie, où se trouve Independance Hall, le maire Michael Nutter a fait valoir qu'il s'agissait là du lieu de naissance des Etats-Unis, un site reconnu par l'UNESCO».

Jusque là, Philadelphie avait le statut de membre observateur. «Le maire Nutter nous a demandé que sa ville soit un membre de plein droit. Ça été accepté, ce qui fait qu'en vertu de ce principe on aurait maintenant un potentiel de 632 villes membres. Alors on va travailler dans ce sens là, ce qui est à l'avantage de l'organisation et de Québec», ajoute Denis Ricard. Il signale au passage l'importance de cet organisme dont le siège est situé à Québec, avec tout ce que cela entraîne de visibilité, et d'activités comme la traduction, les services juridiques ou les services de fiscalistes.

L'Organisation des villes du patrimoine mondial est en bonne santé financière. À l'exception de son salaire...M. Ricard est prêté par le gouvernement du Québec...le financement de l'organisme provient des villes participantes. Seuls les maires des villes qui ont payé leur cotisation annuelle sont admis à l'Assemblée générale qui se réunit aux deux ans. Le Conseil d'administration, qui se réunit aujourd'hui à Istanbul, est formé de huit maires et se rencontre au moins une fois par année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer