Les origines canadiennes de Ted Cruz s'invitent dans un débat républicain

Les attaques à l'endroit de Ted Cruz surprennent... (Chuck Burton, Associated Press)

Agrandir

Les attaques à l'endroit de Ted Cruz surprennent peu alors que le débat se tenait en Iowa où les sondages parmi les électeurs républicains lui sont favorables.

Chuck Burton, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexander Panetta
La Presse Canadienne
Washington

Les candidats à l'élection présidentielle aux États-Unis sont souvent forcés de nier qu'ils sont trop progressistes, trop conservateurs, pas assez déterminés ou simplement malavisés.

Et maintenant, l'un d'entre eux est forcé de repousser les critiques de ceux qui le trouvent trop... Canadien.

Lors du débat républicain de jeudi soir en Iowa, le sénateur Ted Cruz a répondu avec indignation lorsque les deux modérateurs et son adversaire Donald Trump l'ont pressé de questions concernant sa naissance à Calgary.

Il a rejeté les allégations voulant que sa naissance hors des États-Unis le disqualifie en tant que candidat à la présidence. Et il a attiré l'attention sur son ancienne carrière d'avocat de haut niveau afin de souligner sa grande connaissance du droit constitutionnel.

«J'ai passé toute ma vie à défendre la Constitution devant la Cour suprême des États-Unis», a lancé Ted Cruz, que les sondages donnent au coude à coude avec Donald Trump en Iowa, le premier État à tenir des caucus dans le cadre de la course à l'investiture.

«Et je vous le dis, je n'accepterai pas de conseils juridiques de Donald Trump.»

La foule partisane qui assistait au débat semblait l'appuyer. Elle a applaudi le sénateur du Texas et hué lorsqu'un modérateur du débat et M. Trump ont tenté de relancer la polémique sur le pays d'origine du candidat.

Le milliardaire a répliqué en affirmant que de nombreux universitaires avaient soulevé des questions juridiques entourant la naissance de M. Cruz au Canada, dont un ancien professeur du sénateur à la faculté de droit de Harvard, Laurence Tribe.

«Écoutez votre professeur», a lancé M. Trump.

Il a appelé M. Cruz à demander l'avis d'un juge pour certifier sa légitimité en tant que candidat à la présidence, afin d'éviter qu'il soit choisi comme candidat républicain pour découvrir ensuite que sa candidature divise les tribunaux.

«Il y a un gros point d'interrogation au-dessus de (votre) tête. Et vous ne pouvez pas faire cela au parti.»

La Constitution des États-Unis affirme que les candidats à la présidence doivent être des «citoyens de naissance», sans dire spécifiquement ce que cela signifie. La majorité des membres de la classe politique contemporaine estiment que cela inclut les enfants de citoyens américains nés à l'étranger, comme c'est le cas de Ted Cruz.

Mais plusieurs experts du droit constitutionnel croient qu'il s'agit d'une question légitime méritant d'être débattue. Ils soulignent que la Cour suprême ne s'est jamais prononcée sur la définition de «citoyen de naissance» concernant les candidats à la présidence.

M. Cruz a répliqué en disant que le professeur Tribe était un démocrate convaincu. Il a également souligné que Donald Trump, qui se montre de plus en plus agressif envers lui, avait subitement commencé à évoquer la question du lieu de naissance seulement parce sa popularité est en baisse en Iowa, ce que M. Trump a admis.

Les critiques de M. Cruz se réjouissent de rappeler qu'il est né hors des États-Unis. Sa mère américaine et son père cubano-américain travaillaient dans l'industrie pétrolière en Alberta, où il a passé les premières années de sa vie.

Des mauvais plaisantins ont modifié jeudi la page Wikipedia qui lui est consacrée afin de souligner à grands traits sa naissance au Canada. Une poursuite contre sa candidature à la présidence a déjà été lancée, et d'autres sont attendues.

Ted Cruz a récemment renoncé à sa citoyenneté canadienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer