L'EI va commettre plus d'attentats, prédit un chef militaire américain

Des attentats suicides revendiqués par l'EI ont semé... (AP)

Agrandir

Des attentats suicides revendiqués par l'EI ont semé le chaos jeudi à Jakarta, où des extrémistes inspirés par les attaques de Paris ont tué par balle deux civils, dont un Canadien.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Les revers subis par le groupe État islamique en Syrie et en Irak vont probablement conduire à une augmentation des attentats des djihadistes comme ceux de Bagdad, d'Istanbul et de Jakarta, a estimé jeudi le chef militaire américain au Moyen-Orient.

Le groupe djihadiste «est sur la défensive» en Irak et en Syrie, a souligné le général Lloyd Austin, le commandant des forces militaires au Moyen-Orient, lors d'une conférence de presse à son quartier général de Tampa en Floride, au côté du secrétaire à la Défense américain Ashton Carter.

«Nous pouvons nous attendre à plus» d'attentats parce que le groupe État islamique «veut détourner l'attention de ses revers de plus en plus nombreux» en Irak et en Syrie, a-t-il dit.

«Il est important de comprendre que ces attaques ne rendent pas nécessairement» le groupe ultra-radical «plus fort». «Mais le combat» contre les djihadistes «est loin d'être terminé», a prévenu le général Austin.

Des attentats suicides revendiqués par l'EI ont semé le chaos jeudi à Jakarta où des extrémistes inspirés par les attaques de Paris ont tué par balle deux civils dont un Canadien et détruit un café Starbucks proche d'un centre commercial.

Un attentat suicide attribué à l'EI a également tué mardi 10 touristes allemands dans le coeur historique d'Istanbul. Lundi, les djihadistes ont tué 32 personnes dans deux attentats à Bagdad et dans le nord de la capitale irakienne.

Le groupe djihadiste, qui contrôle de larges pans de territoires en Syrie et Irak, a perdu fin décembre le contrôle de Ramadi, chef-lieu de la province irakienne d'Al-Anbar, à l'issue d'une offensive des forces pro-gouvernementales.

L'EI a également perdu récemment le contrôle de Sinjar dans le nord de l'Irak. Et les bombardements de la coalition dirigée par les États-Unis se sont intensifiés, visant notamment ses activités pétrolières en Syrie et ses dirigeants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer