Une bombe H testée par la Corée du Nord

La Corée du Nord prétend avoir testé avec succès mercredi une puissante bombe à... (Agence France-Presse)

Agrandir

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

La Corée du Nord prétend avoir testé avec succès mercredi une puissante bombe à hydrogène, ce qui représenterait un bond de géant dans sa quête pour améliorer un arsenal nucléaire qui demeure somme toute limité.

L'annonce a été faite par la télévision officielle du pays après qu'un séisme de magnitude 5,1 - selon les mesures américaines - eut été ressenti non loin du site d'essais nucléaires de Punggye-ri.

La réaction de la communauté internationale n'a pas tardé. Le Conseil de sécurité des Nations unies s'est réuni d'urgence, mercredi après-midi, et a «fortement condamné» le test nord-coréen, avant de promettre d'adopter de nouvelles sanctions. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a lui aussi dénoncé l'annonce de Pyongyang en déclarant que cela aurait un effet «profondément déstabilisant sur la sécurité de la région».

Le secrétaire général de l'OTAN, Jans Stoltenberg, a fait une déclaration similaire.

Le secrétaire américain à la Défense, Ash Carter, s'est entretenu avec son homologue sud-coréen, et les deux hommes ont convenu qu'un essai nucléaire par la Corée du Nord constituerait une «provocation irresponsable et inacceptable», selon un porte-parole de M. Carter.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a demandé à la communauté internationale de répondre avec détermination et clarté.

Une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré aux journalistes que Pékin s'opposait «fermement» aux tests présumés de Pyongyang et que la Chine surveillait l'environnement près de la frontière où se trouve le site des essais.

La Russie a lancé un appel au calme pendant que l'Union européenne déclarait que le test nord-coréen, s'il devait s'avérer, constituerait une «violation grave des obligations internationales de la Corée du Nord de ne pas fabriquer ou tester d'armes nucléaires».

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond a martelé que Pékin et Londres condamnaient l'essai nucléaire.

Des affirmations mises en doute

Les services sud-coréens du renseignement et plusieurs puissances étrangères mettent toutefois en doute les affirmations de la Corée du Nord, en soulignant que la puissance estimée de ce qui serait la quatrième explosion nucléaire nord-coréenne était nettement inférieure à ce qu'aurait dû produire même un test infructueux de bombe à hydrogène.

Ces doutes n'ont en rien atténué la joie et les célébrations à Pyongyang. Lisant un texte à forte teneur de propagande en ondes, une chef d'antenne a déclaré que le test d'une bombe à hydrogène «miniaturisée» s'était soldé par un «succès parfait» qui porte la «puissance nucléaire du pays au stade suivant».

Les médias officiels ont ensuite déclaré que cette «bombe à hydrogène de la justice» permettrait à la Corée du Nord de résister à l'agression américaine.

Une foule importante s'est massée devant la principale gare ferroviaire de Pyongyang au moment où l'annonce était diffusée sur un écran géant. Plusieurs badauds ont filmé ou photographié la scène avec leurs téléphones, pendant que d'autres applaudissaient et criaient.

Washington et des experts nucléaires se montrent très sceptiques face aux affirmations de la Corée du Nord concernant les bombes à hydrogène, qui sont nettement plus puissantes mais aussi plus complexes à fabriquer que les bombes atomiques. Les bombes à hydrogène utilisent la fusion, et non la fission comme les bombes atomiques, pour causer une explosion d'une puissance inimaginable.

Un parlementaire sud-coréen a déclaré que les services de renseignement de son pays lui avaient indiqué, lors d'une rencontre privée, que Pyongyang n'avait probablement pas testé de bombe à hydrogène, compte tenu de la faiblesse de la secousse sismique détectée.

Une puissance explosive de six kilotonnes et une secousse de magnitude 4,8 ont été mesurées, a dit le parlementaire Lee Cheol-woo. Cela est inférieur à la puissance explosive de 7,9 kilotonnes et à la secousse de magnitude 4,9 rapportées après l'essai nucléaire de 2013. Cela est aussi des centaines de fois plus faible que les centaines de kilotonnes qui seraient générées par un test réussi de bombe à hydrogène.

Même un test infructueux de bombe à hydrogène générerait une puissance explosive de dizaines de kilotonnes, a dit M. Lee, qui est membre du comité parlementaire du renseignement. Seuls les États-Unis et la Russie disposent de bombes à hydrogène miniaturisées.

Le Canada condamne l'essai nucléaire

Ottawa se joint à la communauté internationale en condamnant «sans réserve» le test de bombe à hydrogène que la Corée du Nord prétend avoir effectué.

Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a qualifié mercredi cet essai nucléaire présumé de «comportement irresponsable» sur le fil Twitter de son ministère, qu'il a ensuite fait suivre par un communiqué traditionnel.

«Les violations persistantes que commet la Corée du Nord à l'égard de ses obligations internationales posent une menace grave à la paix et à la sécurité internationales, et plus particulièrement à la stabilité de la région», signale M. Dion.

«Tout essai nucléaire effectué par la Corée du Nord représenterait un acte illégal et provocateur», renchérit-il.

Selon M. Dion, si la véracité du test de bombe H était confirmée, Pyongyang se placerait en violation de la norme internationale interdisant les essais nucléaires. Il contreviendrait par ailleurs aux nombreuses résolutions unanimes du Conseil de sécurité des Nations unies interdisant à la Corée du Nord de procéder à des essais nucléaires. Ces résolutions prévoient une série de sanctions.

«Le Canada demeurera mobilisé avec la communauté internationale en réponse aux actions de la Corée du Nord. Nous soutenons les efforts déployés pour élaborer des solutions multilatérales visant à renforcer la sécurité dans la région de l'Asie-Pacifique», conclut-il.

Avec La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer