Marine Le Pen visée par une enquête

Marine Le Pen est visée par une enquête, après... (Agence France-Presse)

Agrandir

Marine Le Pen est visée par une enquête, après avoir tweeté des photos d'exactions du groupe État islamique.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

La dirigeante d'extrême droite française Marine Le Pen est visée par une enquête, après avoir tweeté mercredi des photos insoutenables d'exactions du groupe État islamique (EI) en réponse à un jounaliste qu'elle accuse d'avoir dressé un «parallèle» entre son parti et l'EI.

Le parquet de Nanterre, près de Paris, a annoncé à l'AFP avoir ouvert cette enquête pour «diffusion d'images violentes», à la suite d'un signalement des clichés par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à la direction de la police judiciaire.

Cette publication avait d'emblée valu à la présidente du Front national (FN) les foudres du premier ministre socialiste Manuel Valls, qui l'a accusée d'être une «incendiaire du débat public».

Marine Le Pen a pour sa part assumé son acte. «M. Cazeneuve va venir me mettre les menottes? (...) Comme d'habitude on préfère condamner ceux qui condamnent que ceux qui commettent», a-t-elle dénoncé en fin de journée sur la radio Europe 1.

Tout a commencé mercredi matin dans une émission des médias d'information en continu BMFTV-RMC, quand le journaliste Jean-Jacques Bourdin, qui interviewait un spécialiste du monde arabe, a déclaré : «Je voudrais revenir sur les liens... euh... entre Daech (ndlr, acronyme arabe de l'EI) et le Front... enfin les liens, pas les liens directs entre Daech et le Front national, mais ce repli identitaire, qui finalement est une communauté... d'esprit, parce que l'idée pour Daech c'est de pousser la société française au repli identitaire.»

Ces propos ont suscité la colère de Marine Le Pen, dont le parti est arrivé en tête au premier tour d'élections régionales en France avant d'échouer au second round à conquérir la moindre région en raison d'alliances gauche-droite pour lui faire barrage et d'un sursaut de participation.

«Le parallèle fait ce matin par Jean-Jacques Bourdin entre Daech et le FN est un dérapage inacceptable. Il doit retirer ses propos immondes», a d'abord tweeté Mme Le Pen, avant de poster trois photos d'exactions de l'EI avec le texte «Daech c'est ça!».

Parmi elles figure notamment un cliché de l'exécution d'un pilote jordanien brûlé vif en début d'année après sa capture par les djihadistes.

«Monstrueuses photos. Mme Le Pen: incendiaire du débat public, faute politique et morale, non-respect des victimes», a réagi Manuel Valls, lui aussi sur Twitter, dans un message assorti du mot-clic #FNHorsjeu.

Ces photos sont celles «de la propagande de Daech et sont à ce titre une abjection, une abomination et une véritable insulte pour toutes les victimes du terrorisme», a renchéri Bernard Cazeneuve devant les députés.

Le journaliste incriminé par Marine Le Pen a a pour sa part jugé la réaction du FN «hystérique». «A aucun moment je n'ai dit que le FN était comme Daech. Je suis désolé de constater cette réaction hystérique des dirigeants du FN, tellement dérisoire. (...) J'ai vraiment trop de respect pour les électeurs du FN pour entrer dans une polémique parfaitement inutile», a déclaré Jean-Jacques Bourdin.

Outre Marine Le Pen, l'enquête ouverte à Nanterre vise aussi l'un des deux députés du FN, Gilbert Collard. Bouillant avocat, ce dernier a lui aussi tweeté une photo d'un homme victime de l'EI. «On ne fait que montrer l'ignominie haineuse de ceux qui nous assimilent à des tueurs», s'est-il justifié.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer