Réfugiés syriens: pas trop choyés, assure le ministre

Lors d'un forum sur l'accueil des réfugiés, organisé... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Lors d'un forum sur l'accueil des réfugiés, organisé chez le gouverneur général à Ottawa, le ministre John McCallum a dit être bien conscient que plusieurs Canadiens cherchent de l'emploi, que plusieurs citoyens démunis attendent d'avoir accès à des logements sociaux.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le ministre fédéral de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté ne voudrait pas que les Canadiens croient que les réfugiés syriens sont trop bien traités.

Lors d'un forum sur l'accueil des réfugiés, organisé chez le gouverneur général à Ottawa, le ministre John McCallum a dit être bien conscient que plusieurs Canadiens cherchent de l'emploi, que plusieurs citoyens démunis attendent d'avoir accès à des logements sociaux.

«On pourrait susciter l'opposition du public contre les réfugiés si les Canadiens percevaient qu'ils sont trop choyés», a avancé le ministre McCallum, mardi matin.

«Pour moi, le défi le plus important, c'est de communiquer ce projet d'une façon efficace et de m'assurer que les Canadiens restent avec nous (pour ce qui est de) ce projet», a ajouté le ministre.

Le gouvernement libéral qui, en campagne électorale, avait promis d'accueillir 25 000 réfugiés syriens avant la fin de l'année, a révisé son plan. Ils seront 10 000 à arriver avant le 31 décembre. Les 15 000 autres doivent atterrir au Canada avant la fin février.

«Les trois priorités sont le logement, le logement, le logement», a insisté le ministre McCallum.

«Vivre comme tout le monde»

À Québec où on attend 200 réfugiés syriens, c'est déjà tout vu.

«On ne veut pas utiliser les logements sociaux. On veut aller directement dans le privé», a déclaré le maire Régis Labeaume, aussi présent au forum à Ottawa.

Le maire a rappelé qu'il y a des listes d'attente pour les logements sociaux avant d'y aller avec son franc-parler habituel. «C'est une question d'intégration aussi. Je pense qu'il faut qu'ils apprennent à vivre comme tout le monde. En même temps, il y a moins de personnes qui vont chialer, qui vont avoir l'impression qu'ils prennent leur place», a lancé M. Labeaume.

Participant au forum, la ministre québécoise de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil, a dit croire qu'après un mouvement de recul provoqué par les attentats de Paris, les Québécois sont à nouveau prêts à ouvrir grand les portes pour accueillir les réfugiés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer