Des élections sans incident majeur en Haïti

Il y a officiellement 54 candidats en lice... (Hector Retamal, Agence France-Presse)

Agrandir

Il y a officiellement 54 candidats en lice pour succéder au président haïtien Michel Martelly.

Hector Retamal, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
David McFadden, Danica Coto
Associated Press
PORT-AU-PRINCE

Les Haïtiens ont fait leur choix, dimanche, sur des bulletins de vote pour le moins volumineux sur lesquels ils devaient sélectionner l'un des 54 candidats à la présidentielle, en plus de candidats pour les élections législatives et municipales.

Il y a tant de candidats à la présidentielle qu'il n'est pas possible de prédire qui mène la course. Les sondages sont peu fiables et contradictoires. Des résultats partiels devraient être divulgués dans une dizaine de jours.

Le vote s'est relativement bien déroulé, malgré de la confusion et des problèmes logistiques observés à certains endroits.

Des échauffourées ont brièvement éclaté, mais les policiers, qui étaient postés à l'entrée des bureaux de vote, y ont rapidement mis fin à l'aide de pistolets à impulsion électrique. Environ 70 arrestations ont été répertoriées à travers le pays.

Dans certaines régions de Port-au-Prince et du Plateau central, les nombreux électeurs ont dû patienter longtemps en raison de retards dans l'organisation du scrutin.

«Rien ne peut me faire peur. Je veux voir mon pays se développer et devenir un meilleur pays pour mes petits-enfants», a lancé Rosianne Jean après avoir déposé son bulletin dans l'urne à Cité Soleil, un quartier défavorisé en bordure de Port-au-Prince qui avait été marqué par des violences préélectorales.

Dans un bureau de vote du quartier Martissant à Port-au-Prince, un superviseur criait à répétition à des douzaines de personnes qui tentaient de se frayer un chemin vers l'intérieur: «Vous ne pouvez pas voter deux fois!»

«Je suis venu voter et ils essaient de m'en empêcher», s'est plaint Varnel Polycard, un vendeur de chargeurs de téléphones qui s'est éloigné du bureau de vote en fulminant.

Plus de 1500 Haïtiens ont accueilli l'ancien président Jean-Bertrand Aristide près de sa résidence de Tabarre en banlieue de la capitale, en scandant «Aristide est notre sang!». M. Aristide était allé voter en compagnie de Maryse Narcisse, la candidate qui représente son ancien parti Fanmi Lavalas.

La sécurité était une inquiétude importante pour les élections de dimanche. La police nationale haïtienne, formée de 12 500 membres, a joué un rôle prépondérant par rapport à la dernière élection présidentielle, en raison du nombre réduit des troupes de maintien de la paix des Nations unies. L'ONU assure une présence au pays depuis 2004, lorsqu'une rébellion violente avait balayé le pays.

Aucune estimation du taux de participation n'a été rendue publique. Environ 5,8 millions d'électeurs haïtiens étaient appelés aux urnes pour choisir leur prochain président, 129 députés et plusieurs autres représentants locaux.

Les défis pour celui ou celle qui remportera l'élection s'annoncent titanesques pour le pays qui éprouve des difficultés économiques importantes et qui dépend encore largement de l'aide internationale.

Selon Kenneth Merten, coordonnateur spécial du département d'État américain pour Haïti, le gouvernement doit stimuler la croissance pour vraiment mettre à profit l'aide étrangère.

Parmi les noms les plus connus de la longue liste de candidats figure celui de Jude Célestin, l'ancien dirigeant d'une entreprise de construction appartenant à l'État qui avait été appuyé par le gouvernement de l'époque, à l'élection de 2010. Il avait finalement été éliminé après que sa victoire présumée eut été contestée par des observateurs internationaux qui avaient constaté des irrégularités.

Les autres candidatures incluent le nouveau venu en politique Jovenel Moïse, qui est appuyé par le président Michel Martelly et qui prône le rétablissement de l'armée haïtienne, ainsi que l'ancien sénateur Moïse Jean Charles, un fervent détracteur du président qui dit représenter les Haïtiens pauvres et en difficulté.

Moins d'un jour avant l'ouverture des bureaux de vote, des dizaines de personnes s'étaient mises en ligne pour recevoir gratuitement des sacs de riz, de spaghettis et des contenants d'huile de cuisson offerts par des partisans de Jovenel Moïse.

Les résultats finaux sont attendus à la fin du mois de novembre, selon le Conseil électoral provisoire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer