Arthur Porter est décédé

L'ancien directeur du Centre universitaire de santé McGill... (PHOTO JEFF TODD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

L'ancien directeur du Centre universitaire de santé McGill Arthur Porter est décédé au Panama.

PHOTO JEFF TODD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Marin
La Presse Canadienne
Montréal

Arthur Porter, l'ex-directeur du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) accusé de fraude, est décédé tôt mercredi matin au Panama, a fait savoir son ami, le médecin britannique Karol Sikora.

Dans un courriel transmis à La Presse Canadienne, le docteur Sikora, chef du service médical du centre spécialisé privé Cancer Partners UK, a précisé qu'il était décédé au National Cancer Centre du Panama à 5 h du matin, heure de Londres (peu après minuit, heure avancée de l'Est).

Il a déploré la situation de son «bon ami», qui était toujours en prison, deux ans après son arrestation.

«C'est un jour triste pour les droits humains au Canada», a-t-il écrit.

M. Sikora dit l'avoir visité il y a quatre semaines au Panama et précise qu'il discutait régulièrement de son cas avec son médecin traitant, Roberto Lopez.

L'homme de 59 ans souffrait d'un cancer métastasique du poumon depuis deux ans et demi, a-t-il précisé.

Arthur Porter a été arrêté en 2013, lors d'une escale au Panama, après un mandat d'arrêt lancé par le Canada.

L'homme était emprisonné depuis et contestait son avis d'extradition vers le Canada.

Il est accusé d'avoir accepté 22,5 millions $ en pots-de-vin pour donner le contrat de construction du nouveau CUSM à la firme d'ingénierie SNC-Lavalin, un projet de plus d'un milliard de dollars.

M. Porter était directeur du CUSM lorsque la fraude aurait prétendument eu lieu, entre 2008 et 2011. Il a quitté son poste en 2011 lorsque des allégations de mauvaise gestion ont fait les manchettes. Il avait depuis déménagé aux Bahamas.

Le Bureau de lutte à la corruption et à la malversation du Directeur des poursuites criminelles et pénales avait autorisé des chefs d'accusation pour fraude, complot pour fraude, fraude envers le gouvernement, abus de confiance, commissions secrètes et recyclage des produits de la criminalité contre Arthur Porter.

Sa femme, Pamela Porter, a écopé en décembre de 33 mois en prison après avoir plaidé coupable à deux chefs de blanchiment d'argent en lien avec l'affaire concernant son mari.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer