Plus de 2000 morts dans un séisme au Népal

Le Népal est en état d'alerte après qu'un puissant séisme ait fait 2150 morts... (PHOTO PRAKASH MATHEMA, AFP)

Agrandir

PHOTO PRAKASH MATHEMA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Népal est en état d'alerte après qu'un puissant séisme ait fait 2150 morts et 5000 blessés, samedi.

«C'est vraiment épouvantable. Ils ne savent pas encore l'ampleur réelle des dégâts, mais les messages que je reçois, c'est que Katmandou (la capitale du pays), c'est presque une destruction complète», souligne Paul Bard, un résident de la région de la capitale nationale qui s'est rendu à plusieurs reprises au Népal au courant des dernières années.

M. Bard est en constante communication avec un ami qui réside à Katmandou, une amitié formée durant ses voyages de travail humanitaire. Plusieurs bâtiments et infrastructures publiques ont été démolies par le séisme, le plus puissant à secouer la région en 80 ans.

La secousse, qui est survenue vers midi, heure locale, a atteint 7,9 sur l'échelle de Richter - soit une magnitude 16 fois plus élevée que le tremblement de terre en Haïti, en 2010. 

Les autorités locales ont confirmé 1130 décès, mais le bilan devrait s'alourdir dans les prochaines heures, selon l'inspecteur général adjoint de la police Komal Singh Bam. Plusieurs autres personnes ont été blessées dans l'incident. Des dizaines de morts ont aussi été recensés en Inde, en Chine, au Bangladesh et au Tibet.

Le Ottawa Citizen rapporte de son côté qu'un groupe de grimpeurs de la région, partis à la conquête de l'Everest, étaient au pays au moment du tremblement de terre. Tous sont sains et saufs. Un membre de l'expédition, Harry Binks, partage de l'information de façon régulière sur son compte Facebook et indique que le groupe est loin de toute infrastructure et est équipé pour dormir à l'extérieur, au besoin.

Paul Bard indique qu'on lui rapporte beaucoup de crainte dans la population alors que les secousses continuent de se faire sentir de façon intermittente, dans les heures qui ont suivi le principal séisme. Même si la nuit est tombée, plusieurs personnes restent dans les rues de Katmandou et car ils craignent que les bâtiments de la capitale s'effondrent.

«Il y a beaucoup de pauvreté là-bas, indique M. Bard. J'espère que les différents pays du monde, que le Canada, viendront en aide aux Népalais.»

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, a déjà témoigné son soutien au Népal, sur son compte Twitter. Il a indiqué que «le Canada est prêt à aider face à cette tragédie».

Le premier ministre népalais Sushil Koirala, qui participait à une rencontre en Indonésie, a tenté de revenir au pays, mais en vain. Après avoir été transporté en Thaïlande, son vol vers Katmandou a été annulé parce que l'aéroport a été fermé.

Le tremblement de terre a provoqué des avalanches sur le mont Everest, où au moins 10 personnes ont perdu la vie. Impossible de savoir pour l'instant la nationalité des victimes.

Le ministère de l'Intérieur du Népal faisait état de 30 blessés. Certains témoins ont toutefois indiqué que d'autres corps pourraient être retrouvés sous leur tentes, ensevelies sous la neige.

L'alpiniste norvégien Teodor Glomnes Johansen a confié au quotidien norvégien VG qu'il avait retrouvé de nombreux blessés. «Nous transportons plusieurs blessés. C'est très lourd et difficile et nous ne savons pas s'il y aura d'autres avalanches», a-t-il expliqué.

Une alpiniste suédoise était dans un autobus de la ville de Melamchi lorsque la terre a commencé à trembler. «Toutes les maisons autour de moi se sont effondrées. Je crois que plusieurs personnes sont mortes. Une immense roche s'est écrasée à environ 20 mètres de l'autobus», a témoigné Jenny Adhikari au quotidien suédois Aftonbladet.

Il y a un an, une avalanche dans cette même zone de la montagne - réputée pour être dangereuse - avait causé la mort de 16 sherpas.

Près de 400 Canadiens seraient au Népal

Au moins 388 Canadiens se trouveraient au Népal, selon le registre du ministère des Affaires étrangères, qui dit surveiller la situation de près. Le pays a été secoué samedi par l'un des plus gros séismes de son histoire, faisant plus d'un millier de victimes.

La porte-parole du ministère Diana Kaddaj a toutefois précisé que ce chiffre est une estimation puisque l'enregistrement n'est que volontaire.

Mme Kaddaj a assuré que le Centre de surveillance et d'intervention d'urgence, à Ottawa, ainsi que les ambassades du Canada à l'étranger travaillaient de concert avec les autorités locales pour aider les Canadiens sur place.

La porte-parole a encouragé les proches des Canadiens présents au Népal de communiquer avec le centre d'informations d'urgence du ministère.

Reena Vohra, de l'organisme Vision mondiale, visitait la ville antique de Bhaktapur, à quelque 20 kilomètres de Katmandou, lorsqu'elle a senti la terre trembler.

Les édifices autour d'elle tremblaient et se sont écroulés, a-t-elle relaté. Elle a ensuite aperçu des artefacts historiques et des temples qu'elle venait tout juste d'admirer complètement détruits.

«Nous sentons encore les secousses et nous continuons de nous ruer à l'extérieur lorsque nous sentons le sol trembler. L'aéroport est fermé, alors je ne peux pas quitter aujourd'hui comme prévu», a-t-elle ajouté.

- Avec Associated Press et La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer